DE LA VIE ET DE SON UTILITÉ  !

Quelle est notre utilité  ?

Certains se posent des questions sur l’état gère où ils errent et d’autres se masturbent frénétiquement pour savoir où ils vont aller, mais je reste plus pragmatique et je me demande uniquement ce que je fous là, et à quoi sers-je ?

Je suis bien sûr la conséquence des suites d’un acte d’amour librement consenti entre un homme et une femme. Un acte égoïste dès le départ et puis indubitablement teinté de l’amour réciproque de deux êtres qui s’unissent dans le plaisir, avant de devenir le symbole de la création qui va concrétiser une union qui se veut indélébile. Le un plus un devenant un autre un transformé …deux êtres en osmose qui donnent naissance à un troisième qui est la suite d’eux mêmes…on entre dans un mysticisme religieux dont certains exégèses ont tenté d’en déduire l’explication symbolique de la création .

Ce que je peux d’ailleurs comprendre en fouillant dans mes souvenirs théologiques.

En effet dieu conseille à l’homme de se multiplier pour assurer la continuité de l’espèce : « Allez et multipliez-vous ! »

Multipliez-vous’ mais parle-t-il à des humains ou à du bétail pour peupler le monde qu’il vient de créer ?

Mais au début, on ne discute pas du problème de cette reproduction, les premiers humains sont des jouets asexués lâchés dans un jardin de bisounours crée pour eux, mais après la faute des premiers humains, le programme est bouleversé, dieu les avertit violemment sur l’enfantement dans la douleur, et de la pénibilité du travail……etc…on a quitté le jardin témoin …on entre dans l’ère du chacun pour soi et dieu n’est plus là …..

Alors je me pose des questions sur notre présence sur cette terre créée à l’origine pour être le jardin destiné à accueillir ses première créatures. Mais, devons nous supporter chacun notre tour cette pénitence millénaire infligée à nos premiers ancêtres pour une broutille symbolique originelle et en payer un prix inique ?

Cependant lorsqu’on parle d’amour, il n’est uniquement question que de celui qui concerne les hommes pour dieu, un amour spirituel, l’acte de la procréation n’est qu’un rituel pour obéir aux préceptes divins et y prendre un plaisir sexuel n’est que de la perversion.

Est ce que l’amour physique est interdit aux humains, puisque dieu l’ignore…..ou ne l’aime pas ?

Si on jette un regard rapide sur la suite, pour confirmer cette impression, chaque fois que les humains lui déplaisent, il a un mouvement d’humeur et s’énerve, le déluge, Sodome et Gomorrhe, Jéricho, et autres catastrophes, en finalement il envoie sur terre son double, enfin son fils, pour racheter nos péchés…qu’il a d’ailleurs créés…..et là encore, pas question de faire comme ses créatures, il utilise une mère adoptive porteuse et un père de substitution……on ne parle toujours pas d’amour et à fortiori d’acte sexuel…c’est le complexe de la terre qui appartient à le terre… etc.…..

Les églises ont continué dans cette voie en sanctionnant tous les ‘débordements’ liés au corps et tout ce qui n’était pas immatériel était assujetti à de l’égarement, à de l’impureté, et donc constituait une offense envers le créateur. L’être humain appartenait totalement à dieu glacial et …frigide….

Bien sûr, tout n’est qu’un roman, mais le symbolisme qui s’en dégage est ambigu….

Est-il question de liberté et d’amour ?

C’est effectivement ce dont nous pourrions penser, et c’est justement ce qui me préoccupe.

Quelle est notre utilité ?

C’est alors ce ‘pourquoi’ qui me dérange !

LES MOUTONS !

De l’utilisation des moutons à la maison !

Dans un post précédent, je vous avais parlé de la vache et j’ai reçu sur mon mail des commentaires dithyrambiques…..des écolos, sûrement, j’en suis encore tout ému….je pleurais en mangeant ma troisième banana Split, oui, j’avais triché, beaucoup moins de chantilly que d’habitude…. pour la ligne…c’est exactement à cause de ça que je pleurais…..néanmoins, je signale que je reçois beaucoup plus de commentaires sur mon mail que sur mes deux blogs, effectivement sur des sujets particuliers certains ont peur de se livrer et d’étaler leurs états d’âme, ce que je peux comprendre, enfin, un peu, et je constate que j’avais beaucoup plus de réactions lorsque je me cantonnais en riant…humour…. sur des sujets plus futiles, mais c’était avant les gilets, les goulags à répétition, le covide de sens aujourd’hui, tombez-tombez les masques après la chemise, l’Ukraine, les restrictions énergétiques, les grèves et la retraite…..

Je voudrais donc me focaliser sur un sujet beaucoup plus important qui concerne tous ceux qui ont des difficultés pour trouver le sommeil, ce qui n’est absolument pas mon cas puisque je dors très peu ….ce qui m’a donc donné du temps pour réfléchir sur ce problème récurrent.

Souvent on conseille à ces personnes plusieurs moyens d’endormissement et celui qui s’en détache le plus consiste à compter les moutons, mais il est très difficile de s’imaginer ces petits ovins sauter allègrement dessus votre lit pour les compter afin de trouver un sommeil réparateur….. il m’est donc venu une idée…… ce soir il me vient une idée, si je pensais un peu à vous, je vous parlerai d’ovin, qu’on pourrait compter……..merde, je déraille….

Allez chez votre marchand le plus proche…..et procurez-vous un troupeau de moutons…..ils pourront dormir avec la vache…qui est dans votre salon…pour ceux qui suivent…..

Quoi ?

Où trouver des moutons ?

Allez vous renseigner chez votre marchand de kebab le plus proche…..

Il ne vous restera plus qu’à demander à votre femme d’aller faire un stage dans une ferme du Gévaudan pour apprendre le langage des moutons et de les dresser à sauter au dessus de votre lit pendant que vous les comptez …

Et en plus ces braves bêtes chaufferont votre chambre pendant que vous allez dormir du sommeil du juste ….

Une vache et des moutons, ça c’est le bonheur ….. non ?

Enfin, surtout pas d’âne si votre femme s’appelle Marie ….

Du mouton et de son utilisation. Si vous êtes au bord de mer, c’est facile, sinon suivez pas à pas mes recommandations, et dormez…enfin !

Demain je vous apprendrai à faire du fromage !

CHRONIQUE !

Chronique des courses dans une grande surface !

J’adore regarder les gens, surtout lorsqu’ils sont dans leur monde, sans leurs barrières…et sans leurs défenses.

Les portes ne sont pas encore ouvertes que les plus vieux, accrochés à leur chariot, campent déjà devant l’entrée principale en attendant le départ de leur safari journalier, enfin, de leur promenade. Soudain, c’est l’affolement, le départ a été sifflé, grande agitation, et c’est la course qui commence, les machines partent au quart de tour et entament un gymkhana effréné façon ninja warrior en doublant les moins rapides et se fraient un passage en zigzagant vers les rayonnages promis. Gare à ceux qui somnolent, un accident est vite arrivé….. un col du fémur, une entorse, un départ à froid.

L’entrée est franchie, au pas de course….c’est le bonheur, la musique d’ambiance, les annonces, les promotions, ils peuvent remplir leur brouette avec leur Graal .

La fourmilière se remplit….Il y a ceux qui font pisser leur caddie en flânant nonchalamment de rayon en rayon, indécis, regardant dédaigneusement certaines marchandises, en soupesant d’autres, en posant une dans le chariot, s’arrêtant et après avoir réfléchi la remettent en place, il y a les pressés, qui tel des Attila bousculent tout sur leur passage, trépignent à chaque ralentissement, pestent entre leurs dents parce qu’une plus vieille ne ferme pas trop vite la porte d’une vitrine et obstrue le passage ou s’énervent parce que celle qui est devant monopolise le rayon des yaourts depuis plus de deux secondes ou bien parce que malencontreusement quelqu’un veut choisir le même produit au même moment, il y a les touristes qui s’arrêtent devant chaque produit en l’examinant scrupuleusement, en faisant des commentaires sur le prix qui est plus bas ou plus élevé que chez eux, qui s’extasient sur un autre dont ils ne trouvent pas trace dans leur épicerie en face de leur boulangerie, il y a ceux qui ont le temps et qui prennent le magasin comme un salon où l’on cause en retrouvant leurs amis dans le rayon promotion des vins et qui palabrent comme des spécialistes en comparant les prix des autres grandes surfaces, il y a les étourdis qui ont toujours oublié quelque chose et qui sprintent dans les allées parce que leur chariot est déjà dans la file d’attente, il y a les versatiles qui changent d’avis et ‘oublient’ leur marchandise ‘choisie’ dans un autre rayon, il y a les tactiles qui sont obligés de tout toucher, il y a les causeurs qui parlent à l’oreille des produits, il y a ceux qui ont l’air de se salir chaque fois qu’ils ont fait leur choix et qui s’empressent de le jeter dédaigneusement dans leur carriole, il y a les maniaques qui passent plus de cinq minutes devant un futur achat pour détailler tout l’emballage, il y a les bios qui s’aspergent de produit désinfectant un article qui ne l’est pas, il y a ceux qui cherchent leurs enfants, ceux qui s’en foutent, celles qui surveillent leurs rejetons qui remplissent les caddies de sucreries, il y a les méthodiques à l’affût de la promotion, des réductions, des deux pour un, il y a les méticuleux qui consultent leur liste et qui cochent et re-cochent et effacent, ceux qui ne pensent qu’à atteindre au plus vite la caisse la moins chargée, il y a les plus terribles, ceux qui ne prennent pas de caddie, peut-être par superstition, qui transportent leurs achats tant bien que mal, leurs bras encombrés, s’arrêtant à chaque étagère pour remettre de l’ordre dans leur brassée, laissent tomber des produits, recommencent leur manège pour tout remettre en place et ensuite râlent si la file est trop longue pour leurs pauvres bras ankylosées, il y a enfin ceux qui ne lâchent pas leur téléphone, sans doute vissé à leur oreilles, qui font profiter leurs voisins de leur situation de famille, de leur dernière relation, du caca du petit, le tout entrecoupés de demandes de renseignements sur un produits à un interlocuteur invisible qui doit être au rayon charcuterie.

Il faut maintenant choisir la caisse la plus propice, méfiez vous de la file, n’en changez pas trop, ayez toujours en tête la fameuse loi de Murphy, et c’est à votre tour, la lumière de la porte de sortie éclaire votre avenir, vous avez rapidement tout trouvé mais vous avez vérifié la loi de Y.Goringuel, mon maître (Dans une grande surface, on peut acheter en cinq minutes, mais il faudra en patienter vingt pour pouvoir payer et sortir )

C’est presque gagné, la ligne d’arrivée est en vue, c’est le dernier sprint, mais il y a des malins qui ont réservé leur place, quelques marchandises sont posées sur le tapis pendant qu’ils continuent leurs courses et ils arrivent la gueule enfarinée en râlant si par hasard quelqu’un avait déplacé leur butin, il y a les resquilleurs de la dernière seconde qui vous mendient votre tour parce qu’ils n’ont que deux ou trois bricoles et qui s’offusquent devant un refus, alors ils tentent une dernière parade en arguant que leur fils est malade ou qu’ils ont un rendez-vous, il y a même les futés sadiques qui vous remercient de votre gentillesse et qui ensuite appellent quelqu’un de leur famille chargé de sacs volumineux, il y a également les écervelés qui ont ‘oublié’ leur carte de crédit, il a ceux qui ne se rappellent plus de leur code, il y a ceux qui ne se sont pas rendus compte qu’ils n’étaient pas dans la bonne file réservée, il y a ceux qui font semblant de rien et qui d’un coup piquent votre place, en s’excusant presque obséquieusement, prétextant une distraction, si vous leur faite remarquer, il y a les aléas improbables, la caissière doit vérifier le ticket d’une cliente qui veut un échange ou qui suspecte une erreur, un changement de poste, l’arrêt du défilement du ticket de carte bleue…..ou la fermeture impromptue de la caisse…

Vous avez victorieusement franchi tous les obstacles pour avoir enfin le droit d’acheter …..alors, vous regardez presque ironiquement ceux qui entrent avec le sourire satisfait de celui qui va ranger ses courses dans le coffre de la voiture….

Oh, putain, j’ai oublié les bananes !

NAISSANCES !

Naissances diverses dans notre langue !

Un nouvel auxiliaire vient de naître ….

Maintenant il est d’usage de parler à la troisième personne, de galvauder la dislocation, et d’utiliser un nouvel auxiliaire ….

Parler à la troisième personne …pour faire court, Delon a déteint sur la masse, on peut s’apercevoir de cette dérive à la télé, pendant les jeux télévisés, car comme réponse à une question posée, les candidats, neuf fois sur dix, riposte par un : on va tenter la réponse numéro ….non, je n’insiste pas sur le pléonasme……qui n’est qu’une vulgaire tautologie….redondante…. proche d’une lapalissade …sans déconner…pardon mais je me gausse….

Dislocation…… J’avais fait un post sur ce sujet, mais cette emphase mise à l’honneur par quelques présidents dans des discours enflammés et dithyrambiques, fait partie de leur rhétorique habituelle, surtout électorale, cependant, lorsqu’elle est systématiquement employée dans chaque phrase à l’oral par le vulgum pecus, elle constitue une faute grammaticale pompeuse….mais franchement tout le monde s’en fout….

Le nouvel auxiliaire …..voilà une constatation intéressante …….il y avait ‘être’ et ‘avoir’ et nous somme en train d’assister à une nouvelle naissance …

On ne dit plus je pars, mais je vais partir, je remue la préparation mais je vais remuer la soupe, on ne donne pas de réponse mais on va répondre…etc…..

Et puis, le fin du fin, on peut faire une combinaison mêlant toutes ces transformations……« Moi je vous dis qu’on va partir sur la troisième réponse. »

Et là, tu penses à un étranger qui tente d’apprendre le français…….

Maman !

NOUVELLE ÉCONOMIE !

Économie totale !

L’économie revisitée …

Une économie évidente pour gagner sur plusieurs tableaux ….la vache….

Oui….Achetez-vous une vache et installez la dans votre salon.

Une vache se paie autour de 1500 euros…Bien sûr négociables… suivant son âge.

Tout est bénéfice, en effet vous pouvez la nourrir avec votre composteur, c’est plus original et ça diminue les poubelles, elle donne du lait, du combustible avec ses bouses, et surtout, elle remplace avantageusement le chauffage central.

Bon, il va vous falloir réorganiser votre appartement….. beaucoup plus difficile, si vous n’ avez pas de maison individuelle avec jardin.

Mais vous allez devenir bio après avoir fait monter la vache au quatrième……

La vache est l’avenir de l’homme, mais pas de la femme qui trouve qu’elle pue .

Mais que dire de l’apothéose, faite le calcul, vous avez économisé beaucoup plus que l’investissement initial, alors, alors….

Alors, à la fin de l’hiver, allez voir votre boucher, faite débiter votre aide ménagère, tous les bons morceaux moins la part de l’homme de l’art pour le découpage, le bénéfice est conséquent…

Il ne vous reste plus qu’à acheter un modèle plus récent pour la nouvelle année…

Une économie non négligeable avec un peu de réflexion et de pratique, la vache : votre nouveau chauvache !

La prochaine fois je vous parlerai de l’utilisation de moutons pour votre chambre à coucher !

UNE HISTOIRE !

Une histoire de tous les jours !

J’ouvre les yeux, il fait encore nuit. Tiens, ce matin, j’ai fait la grasse matinée, pensais-je, en regardant ma montre, il est 5h dix, un café, puis je monte à mon bureau pour me tenir au courant des nouvelles.

L’écran de mon ordi s’allume normalement, mais la télé reste muette, je vérifie les connexions, je cherche son pouls mais le moniteur n’indique plus aucune pulsation, aucune lumière, un petit coup sur sa tête, machinalement, mais visiblement elle est morte, on peut dire morte, maintenant pour les gens on dit qu’ils sont partis, c’est mieux, la mort c’est sale, on appelle un thanatopracteur pour se débarrasser du corps, on n’aime plus la mort, ça porte malheur, mais je suis courageux et je vais rester près de sa carcasse…jusqu’à midi…Un petit coup de mou, il faut que je sorte, je ne peux pas rester sans télé, c’est ma drogue, j’adore les pubs…..

Le cimetière n’est pas loin, enfin, c’est comme cela que j’appelle la zone commerciale, les grandes surfaces y ont poussé sur les cadavres des petits commerces, …..Je pénètre dans l’antre d’un spécialiste de l’audio visuel au nom bizarre puisqu’on n’y vend pas de pain, je cherche, ah, il faut que je débusque un vendeur, un vrai safari, il ne veut pas se laisser attraper, alors il faut ruser et je le coince avec l’air du client perdu pour l’amadouer, je m’enquière, formalités d’usage, échange informel, je veux un petit écran, il veut me fourguer un monstre, il utilise un dialecte inconnu mais ne m’écoute pas, je me fous de ses pouces, la taille de mon bureau est mon critère, je ne dois pas l’intéresser, il me snobe même avec l’air du spécialiste qui s’adresse à un profane inculte et je file chez son concurrent un peu plus loin…… une grosse enseigne, ambiance feutrée, mais il faut aussi trouver un vendeur, pardon un conseiller télévisuel élu de dieu, il n’a pas de petite télé, je dois être un plouc, un maniaque qui cherche un écran de 60 centimètres, ou un fauché qui flâne pour passer le temps à l’abri du vent…… une autre tentative dans une autre boutique, ça commence à me gonfler, il faut consulter des étiquettes en hauteur dont le charabia n’intéresse que les élus, 20 minutes sans voir de conseiller, ils se cachent aussi, non, il paraît que deux employés sont malades et qu’on ne trouve pas de personnel, encore l’Ukraine, il y a la queue aux réclamations, et au service après vente, les quatre bureaux sont occupés, je fais un signe discret à une préposée à l’accueil qui me demande d’attendre un vendeur, enfin, je montre un modèle qui me plaît à celui qui s’est libéré, il le trouve trop petit, mais il consent à me le vendre, je m’assois à son bureau sous le regard envieux de clients qui patientent, discussions rapides, je consulte le bon d’achat et puis, d’un coup, il profite de l’effet de surprise, il me propose une rallonge d’assurance, mais l’appareil a déjà une garantie de deux ans, lui dis-je, inquiet, oui, mais me rétorque-t-il, si un pixel se cassait pendant le transport ou les jours suivants, il peut y avoir des accidents imprévisibles, ma parole, il me prend pour un con, mais si l’enseigne sait qu’il qu’il peut y avoir un risque de malformations pourquoi vendre cette marque de télé, osé-je argumenter, mais il est déjà en train de remplir l’attestation de cette assurance supplémentaire et ne me décalque plus, d’ailleurs je suis en train de filer….

Me revoilà de retour chez moi, j’allume internet, je cherche et je trouve un modèle qui m’intéresse, livraison gratuite dans une heure …..putain, mais pourquoi aller gaspiller de l’essence et du temps chez des pingouins qui se foutent de toi avec un air condescendant de spécialiste, qui te récitent un catalogue sans t’écouter et qui sont en train de se faire bouffer par Amazon sans sourcilier !

L’AMOUR !

 L’amour toujours et metoo……. mon cul !

La compétence masculine se cantonne à la grosseur du sexe….. nous sommes très loin des critères de la Grèce antique.

Les hommes ont oublié l’essentiel, la réputation d’un don Juan est toujours faite par les femmes, mais jamais par les hommes. …

23 % des ‘hommes’ pensent actuellement qu’il faut être violent pour se faire respecter……Qu’est ce que le respect ? Ils en ont oublié la signification.

146 féminicides en 2022…..

Elles portent un voile pour soi-disant afficher leur liberté …la leur, ou celle des hommes à qui elles sont soumises ?

J’adore la logique de ces mecs qui battent leur femme mais qui se révoltent lorsqu’on dit du mal de leur mère !

L’amour a perdu son sens qui devient soumission .

On ne peut pas aimer et emprisonner son adoration sous un voile.

La ceinture de chasteté était une autre laisse d’une autre temps, mais on a fait beaucoup mieux avec toutes les pseudos opérations assassines sur le corps des femmes pour les empêcher d’éprouver un plaisir réservé aux seuls mâles, et ainsi les soumettre et les dominer jusque dans leur comportement anesthésié par des lois divines invérifiables.

Avec ce qu’on voit aux infos ou dans les films et dans la vie, lorsqu’on regarde les statistiques on peut penser qu’il y a plus de un million d’hommes en France qui battent leur femme …enfin, le mot ‘hommes’ est mal choisi puisque ce sont des bêtes !