LE BAS !

On nous tire vers le bas !

On a tout faux…la règle devient : Pas de problème !

Il faut tout édulcorer et ne rien montrer pour ne pas faire de vagues.

On censure ou on cache la vérité ….alors qu’on laisse passer des atrocités ou la pornographie sans problème….ah mais on combat le racisme en déboulonnant des statues et en interdisant Tintin, ah mais on est sévère en remplaçant la cigarette de ce brave Lucky-Luke par une tige de fleurette, comme le petit Asterix est étrillé pour sa lutte contre les indiens alors que les ricains les ont exterminés…..

Le fameux certificat d’études a disparu, et le bac est du niveau du brevet, il n’y a qu’à voir les moyennes et le taux de réussite…..mais d’autres barrières de sélection vont ensuite se présenter et beaucoup plus insidieuses, comme par exemple la région de provenance, et le nom de la faculté enseignant telle ou telle matière.

On invente des nouveaux mots pour supprimer ceux qui peuvent choquer ….. la prison devient un centre de privation de libertés, mort de rire comme diraient certains…vieux, pardon âgés, pardon seniors, on remplace certaines interdictions par des conseils, l’espace non fumeur est mieux accepté que l’interdiction de fumer archaïque…. il ne faut pas traumatiser les cancres avec de l’encre rouge, il faut même insister sur ce qu’ils peuvent penser…mais…oui, bravo, c’est bien…..Charlemagne était un homme… même s’il n’a pas battu les allemands en 1945 à Azincourt et je reviens toujours sur le ridicule ‘avec modération’ qui faire rire les alcooliques comme les images sur les paquets de clopes épouvantent les fumeurs.

La vérité fait peur ! C’est indéniable….. alors on biaise….mais comme la vérité recule elle laisse la place aux bêtises et aux fausses informations…….et le haut d’aujourd’hui était le bas d’avant…..

Alors, à force de toujours biaiser, un jour on va se faire baiser !

Une réflexion au sujet de « LE BAS ! »

  1. Voilà un réquisitoire en bonne et due forme : tu n’as rien oublié. Tu démontre que même le vocabulaire a été transformé afin de rassurer les braves gens… les mots n’ont plus vraiment de sens, c’est pourquoi on les modifie en les allongeant, le mot prison devenu centre de privation des libertés. Apparemment, il vaut mieux récupérer des appellations à rallonges pour le cas où l’on serait bien trop obtus… Comme disaient les vieux (et même les très vieux) : Tout se perd.Ah noyer le poisson dans trop d’eau, pardon de mots… Une manie qui se perdra dans la nuit des temps d’autant plus facilement que bien des mots étrangers se glissent de plus en plus dans le langage du quotidien (notamment des mots anglais : « prime time) n’est qu’un exemple parmi beaucoup [trop] d’autres… Et qui sait que cela signifie début de soirée ?

Laisser un commentaire