Archives pour la catégorie Coup de gueule

LA HONTE !

La honte ne nous touche pas !

On se focalise sur Poutine en Ukraine…. on hurle aux crimes de guerre.

Cependant, Israël fait pire avec les palestiniens, mais visiblement on s’en fout. La honte est à géométrie variable…..

Les morts n’ont pas le même poids !

VA-T-EN GUERRE !

Un autre va-t-en-guerre est-il né ?

Ça doit le démanger comme d’autres guignols qui veulent changer l’histoire en inscrivant leur nom dans le catalogue des stupidités .

A force de vouloir péter plus haut que leur cul pour se faire remarquer certains en oublient l’odeur….

Enfin, peut-être n’est-ce qu’une manière détournée pour noyer le poisson des contestations paysannes ?

Une autre manière de se gonfler comme d’autres portent des talonnettes …

C’est curieux cette manie de toujours vouloir se faire remarquer, ce doit être une variation du syndrome de la grenouille….

Mais que se passe-t-il dans sa tête ? Un autre dédoublement de personnalité, il doit se chercher …..

Bon, mais sans déconner, il parle d’une unification européenne et d’un autre côté il nous fait un mauvais remake de Don Diego de la Vega revisité trumpette….. en se la jouant solo …… Alors au va-t-en-guerre on dit Va-t’en.

Oh putain, le mois de mai est encore loin !

LES AIGRICULTEURS  !

J’ai de la peine pour les aigriculteurs !

Nous avons besoin d’eux et pourtant nous ne les aidons pas et je comprends qu’ils soient aigris et en colère.

Ils ont été manipulés depuis des années…..

La France était un pays rural mais les grands groupes les ont mangés en détruisant également notre pays.

Des familles entières travaillaient notre terre et la protégeaient. Les grandes exploitations se foutent du sol et ne voient que rentabilité. Alors il fallait produire à outrance quitte à mépriser ce sol nourricier, en se préoccupant plus de la quantité de production que de l’avenir de la terre. Les grands patrons des syndicats n’ont vu que les bénéfices immédiats en favorisant les grandes exploitations avec moins de personnels, plus d’engrais et moins de soins apportés au sol…..on a bouleversé les petites structures avec la destruction des haies, des arbres et en tuant la biodiversité au profit des monocultures. Ceux qui voulaient survivre ont dû s’adapter à la concurrence en utilisant les mêmes règles …..

Les petites exploitations ont été négligées au profit des grandes !

Le paysan qui aimait la terre est devenu l’esclave de tous ceux qui vivaient sur son dos. Plus on appauvrissait la terre et moins elle pouvait se défendre …le cercle infernal commençait….il fallait lui donner des aliments chimiques de plus en plus forts qui amenuisaient la lutte naturelle contre les prédateurs qui profitaient également de ces engrais chimiques pour s’immuniser contre les traitements pour les tuer ……mais toutes ces dérives portaient également préjudice à l’être humain .

Le point de non retour est proche car maintenant toutes ces matières nocives polluent les nappes phréatiques et finissent leur travail de destruction en rejoignant la mer.

Après la terre c’est l’eau qui souffre …

Il faut également souligner que les prix ne baissent plus puisque ce ne sont plus les producteurs qui fixent les prix mais la distribution qui dirige la manœuvre de l’offre et de la demande .

Les agriculteurs son tributaires de ces nouveaux maîtres qui dictent leur loi et ils doivent s’adapter ou mourir.

Et ce ne sont pas nécessairement les produits français qui sont les plus chers mais les produits venus de loin, pour une question de rentabilité, font que pour survivre les agriculteurs sont obligés d’augmenter leurs marges pour tenter de survivre …un autre cercle vicieux puisque ceux qui produisent ces engrais destructeurs sont également ceux qui produisent les produits pour exterminer les prédateurs et donc appauvrir la terre  !

Alors le patron de la FNSEA joue un drôle de rôle avec sa double casquette puisqu’il surfe justement sur la baisse du pouvoir d’achat des paysans en gagnant plus, via sa présidence du conseil d’administration d’Avril Gestion, la société qui opère la gestion du puissant groupe agroalimentaire, Avril.  En effet, il gagne maintenant sur la hausse des matières premières car son groupe, avant la guerre en Ukraine, avait anticipé le marché en sécurisant ses approvisionnements en graines de tournesol ou de colza.

Intolérable…..il joue avec les agriculteurs…..Le vers est dans le fruit …juge et parti…. plus les paysans perdent et plus il gagne !

LES AGRICULTEURS !

On en revient aux agriculteurs !

Il faut faire des efforts nous bassinent encore les politiques….

On se demande quel est le rôle du président ambigu à la double casquette de la FNSEA….

Mais lorsque on voit les accords passés avec l’Ukraine en exonérant les droits de douanes leurs poulets exportés en Europe, on se demande qui commande, l’état ou les grands groupes ?

LES CRISES !

Les crises ont bon dos !

Les crises successives ont permis à beaucoup de s’enrichir honteusement ….

Le covid et la guerre en Ukraine ont contribué à affaiblir notre pouvoir d’achat car des opportunités se sont présentées à de nombreux profiteurs.

L’essence, le prix des matières premières, les fruits et légumes etc ……

Nous devons faire des efforts, c’est le leitmotiv annoncé, une rengaine ressortie à chaque manifestation comme un gris-gris facile pour calmer ce peuple exaspéré qui râle.

Faire des efforts, oui peut-être mais tout le monde doit s’y mettre et chaque jour remontent à la surface des magouilles insupportables…

Alors d’un coup, certains politiques, aveugles sûrement, s’en aperçoivent et annoncent une réaction qui ne saurait tarder …. les médias font leurs choux gras de ces affaires…corruptions, détournements et autres malversations, et puis….plus rien…

C’est le silence jusqu’aux suivantes et aux cris de stupeur et d’indignation…et à la prochaine crise !

LES PASSERELLES !

Les passerelles n’existent plus !

Les nantis restent entre eux, dans ce monde cloisonné duquel plus personne ne peut entrer sans une permission spéciale …..

C’était avant, comme aujourd’hui il y avait les riches et les pauvres et au milieu une classe intermédiaire : la classe moyenne qui est en voie de disparition maintenant.

Des sortes d’ascenseurs sociaux permettaient de naviguer entre ces classes…ces passerelles donnaient l’opportunité à ceux des couches dites inférieures de se hisser dans la hiérarchie encore assez souple car les études ou même la conjoncture via le travail pouvaient compenser les inégalités de la naissance dues à un nom célèbre ou à une fortune familiale.

Tout a changé…..la fameuse classe intermédiaire n’est que la salle d’attente avant de descendre ….elle doit se débrouiller sans aucune aide …pour ne pas tomber dans ce non retour qui tend à devenir possible tant les conditions de vie deviennent difficiles.

L’ascenseur social n’est plus qu’un leurre……

Les passerelles n’existent plus, il n’y a plus qu’un pont difficilement praticable…

Maintenant il y a les nantis…qui ne regardent qu’eux….et les autres qui doivent se débrouiller !

LA QUALITÉ !

La qualité ou le prix !

Que choisir…dilemme …

Il y a une pub qui passe souvent pour promouvoir la différence entre un produit très bon, mais cher et un autre moins bon, mais pas cher, et cette pub tente de démontrer qu’il peut également y avoir du bon pas très cher, enfin naturellement pour les produits qu’elle met en exergue …dans sa propre pub…

Je pense que c’est tout faux…là n’est plus le problème …

Longtemps j’ai pensé que ce qui était bon était la référence primordiale pour acheter et que la qualité était de loin le meilleur critère de choix, je vous avais dit que ma grand-mère disait souvent qu’elle était pauvre et qu’elle n’avait pas les moyens d’acheter du pas cher, mais à son époque il y avait une grande différence de qualité et de solidité entre un produit soigné fait pour durer et un autre de second choix avec des matériaux moins solides ou tout simplement moins finis.

Aujourd’hui on achète un prix avant tout ……la grande consommation et la multiplicité des enseignes avec les délocalisations qui ont amené l’éclosion de marchés lointains ont favorisé la baisse des prix, ce qui était avant tout une progression des bénéfices des grands groupes qui pouvaient ainsi acheter beaucoup moins cher tout en ne répercutant qu’une faible partie de ces baisses à la revente car ils augmentaient ainsi leurs bénéfices.

La société a changé, les femmes se sont émancipées, les repas de familles ont disparu, les restaurants ont pris la relève avec des repas rapides et des produits venus des quatre coins du monde pour une question de prix au détriment du goût….

Peu à peu le niveau s’est abaissé et les goûts ont changé parce que les gros producteurs ont imposé le leur propre qui était fonction de leur rentabilité, des fruits et les légumes dopés pour une croissance rapide et donc une vente accélérée ont remplacé ceux mûris naturellement en fonction des saisons et naturellement la vrai saveur de ces aliments a disparu face à celle artificielle de ceux sur le marché du pas cher et plus rentable.

Comment faire comprendre à ceux qui ne l’ont jamais su, qu’un fruit d’aujourd’hui venu d’un pays lointain et vendu hors saison dans l’autre hémisphère n’a plus rien à voir avec son goût initial et naturel…le goût du bon s’est ainsi perdu, il n’y a qu’à voir les enfants qui préfèrent le goût d’une carré dont on leur dit que c’est du poisson à celui d’un vrai poisson dont ils n’ont même jamais vu la queue ….et qui les écœure.

Ce qui se passe pour la nourriture l’est également pour notre environnement familier, par exemple les meubles sont devenus kleenex, des grandes enseignes ont transformé le beau et soigné fait pour durer par des artisans artistes, en produits basiques de grande consommation, facilement changeables, je ne dis pas que cela est pire ou meilleur, mais cela a transformé notre vie, et notre manière d’acheter, et nos appartement ont perdu l’histoire du vécu pour être aseptisés et totalement impersonnels.

Jadis, lorsqu’on traversait la France, on était dépaysé, car chaque région, au-delà de ses accents et ses coutumes, avait ses propres particularités culinaires et un artisanat différent, aujourd’hui on peut faire la même route et traverser les zones commerciales, implantées avec les mêmes centres commerciaux, les mêmes enseignes qui alignent sur les mêmes rayonnages les mêmes produits banalisés…..

Le goût du bon s’est galvaudé puisqu-il a moins l’occasion d’être flatté, et surtout parce que ce qui est vendu le devient sous une autre forme pour une question pratique et beaucoup de se rendent pas compte que des produits préparés, comme une salade mélangée ou des légumes déjà lavés et coupés sont beaucoup plus chers que ceux naturels non travaillés, et puis, fin du fin, on trouve des fruits et des légumes exotiques très chers alors que beaucoup ne sont même pas capables de mettre un nom sur ceux locaux dont souvent ils ne connaissent ni l’apparence ni le goût.

Et puis, il suffit de regarder le contenu des caddies dans les grandes surfaces pour tout comprendre, et réaliser pourquoi il y a de plus en plus d’obèses….

La qualité n’est plus le problème principal de la grande consommation car maintenant on achète avant tout un prix !

LE LIT !

Parabole du lit !

On cherche à diriger avec des chiffres et des statistiques, sans comprendre ceux qui travaillent. C’est un gouvernement de nantis pour pistonner les nantis…

On oublie que pour qu’un nanti pète dans la soie des milliers de gueux travaillent pour fabriquer le lit…l’équilibre est précaire il suffirait de presque rien pour que les oubliés comprennent que sans eux les nantis ne pourraient que péter dans leur merde.

Le lit est donc important pour ces sortes de rois fainéants qui gouvernent couchés dans leur chambre haute en ordonnant à la basse de travailler sans jamais un seul instant tenter de les comprendre.

Il y a trop de ‘fatigués’ qui vivent sur le dos de ceux qui travaillent .

Travailler avec des statistiques est plus important et plus rémunérateur que suer pour le pain des autres, on gagne plus avec un ordinateur qu’avec ses bras…. Cela pourrait être simpliste mais nous sommes arrivés à un point où la paperasserie pèse sur la production, et où les injustices flagrantes pénalisent le travail, je reviens sur l’histoire du poulet ukrainien, il est inadmissible que l’Europe et sûrement certains groupes se fassent du beurre sur le dos des agriculteurs européens avec un double jeux en favorisant un pays tiers et en encaissant des bénéfices sous le couvert d’une mesure d’aide qui déstabilise un marché….

Il est évident de constater que dans toute société pyramidale la base est totalement déconnectée des vues du sommet et que ceux du haut ne veulent pas se salir les mains en allant vers un charbon dont ils ne tirent que les bénéfices !

PUR !

F-Bayrou serait-il un pur ?

Il a dit non au poste de ministre de l’éducation après un désaccord technique avec G.Attal, un peu inexpérimenté à son goût, car il a considéré qu’il faut réformer avec les profs, et non pas contre les profs… et une autre divergence en constatant « Le gouffre qui s’est creusé entre la province et Paris, toutes les crises de l’aménagement du territoire et la distance désormais de plus en plus grande entre les citoyens et l’action publique. »

Dieu est sur son nuage et se fout de ceux qui sont en bas .

Il est en train de réfléchir à son replâtrage gouvernemental….où va-t-il bien pouvoir recaser…. la colle officielle Amélie je me faufile… la représentante d’une caste bourgeoise privilégiée ?

Mais en attendant il y a de l’eau dans le gaz ……

De plus, une chose est certaine, si la pistonnée institutionnelle reste en place, et n’est pas ejectée, c’est qu’il n’y a vraiment personne de valable parmi les pions de Jupiter !

LES POULETS

Les poulets ukrainiens !

Les poulets de la discorde …..ou de l’Europe boiteuse …

Le roi du poulet ukrainien MHP, une société dirigée par un milliardaire ukrainien, vient de se voir renouvelé l’accord qui exonère de droits de douane ses importations de poulets…..encore une niche puisque les usines de Yuriy Kosiuk n’obéissent pas aux règles européennes et que, de plus, c’est donc une concurrence déloyale puisque dans son capital,se trouvent des fonds d’investissement américain (Kopernik Global Investor), britannique (Heptagon Capital), norvégien (Norges Bank Investment Management) mais aussi français avec BNP Asset Management.

Sous le couvert de la guerre avec la Russie, c’est une autre guerre plus sournoise qui se joue en Europe avec un cheval de Troie téléguidé par des groupes qui se foutent complètement des morts de la guerre ou de ceux qui vont en payer le prix fort dans l’agriculture européenne .

N’oublions pas non plus que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement la BERD a accordé un prêt de 90 millions d’euros à MHP …En gros on vient de miser sur son cheval ……

Il y a des choses qui nous dépassent….. Il y a toujours des grandes phrases, de grandes idées, de beaux sentiments, qui cachent des actions et des plans ou des arrière-pensées beaucoup plus équivoques !