Archives pour la catégorie humour grinçant

UNE PERLE !

La plus belle perle !

Ca faisait longtemps, mais je la garde ..

Un jeu télé sur la 2…

Quel est le philosophe chinois qui a dit : « Celui qui, à quarante ans, est encore haï, le restera jusqu’à la fin de ses jours. »

Et le candidat sans sourciller : « Bruce Lee ! »

Putain, on avait dit chinois, Bruce est américain….sans déconner….J-C van Damme était aussi sur les rangs…

A ce niveau, la culture devient de la monoculture de courges !

HISTOIRE !

Une histoire de tous les jours !

Cette petite histoire s’est passée à Cannes, le hasard, surement, car il en eut été de même à Marseille ou à Vannes.

Un vol à l’étalage, ce vendredi, dans un magasin rue d’Antibes, banal, aujourd’hui ……puis, tranquillement attablés le samedi dans un bistrot, tout en sirotant un apéritif à la mode, les deux touristes admirent leur paire de lunettes à deux cents euros…un cadeau.

Mais voilà que d’autres estivants assermentés de la brigade anti criminalité qui les surveillaient, leur demandèrent juste une vérification d’identité à la vue des lunettes sur le front de l’un des deux bien exposées.

En cherchant ses papiers au fond de son sac pour s’exécuter, une maladresse improbable à cet instant fit jaillir de sa besace deux pochettes de cocaïnes qui cherchaient la liberté. Ils racontèrent que c’était du sucre, mais on leur promit un interrogatoire salé.

Alors, au poste, ils sont embarqués pour s’expliquer, l’un des deux régla le prix des lunettes sans rechigner, un oubli sans doute qu’il devait réparer, et l’autre se fit tirer l’oreille, c’est stupéfiant, pour les pochons en sa possession. Un simple rappel à la loi comme sanction…..

Cannes, c’est cocagne, pensèrent-ils en retournant finir leur libation….

Attention, il vaut mieux voler un bœuf que casser un œuf, ce pourrait être la banale morale de cette histoire si d’autres similaires ne se reproduisaient souvent ça et là dans notre pays devenu le havre des hors la loi puisque souvent une simple réprimande fait passer les policiers pour d’élémentaires rabat-joie !

L’EAU !

L’eau gaspillée, ou l’attaque tragique pendant le défilé !

A vau-l’eau……Le pompier n’est qu’un égoïste ….

Enfin, enfin, un peu de sérieux, on ne peut pas gaspiller ainsi de l’eau.

Cette brave femme déambulait calmement sur un trottoir parisien lorsqu’elle vit un homme cagoulé ou casqué, avec la pollution elle n’arrivait pas à le discerner, en train de gâcher de l’eau pour éteindre quelques flammèches qui s’échappaient sans doute d’un mégot mal écrasé et voyant ce rustre, un militant anti écologiste sûrement, agir de la sorte au mépris de la pollution, n’écoutant que son courage demanda poliment à ce garnement de cesser cette dilapidation égoïste. Mais l’homme ne l’écoutait pas et même répandait encore plus d’eau inutilement avec sa grosse lance dévastatrice, alors elle tapa gentiment sur sa visière pour attirer son attention, insista un peu plus devant son obstination, à cet instant elle pensa à ce qu’avait dû ressentir son idole lorsque un joueur adverse avait insulté sa sœur et peut-être que l’idée de le frapper avait quelques instants germé dans son cerveau, mais quelle ne fut pas sa surprise de se voir entourée par quelques-uns de ses comparses qui l’agressèrent comme une vulgaire gilets jaune qu’elle n’était plus.

Regardez bien la vidéo, montée en épingle par les médias avides des sensations qui firent d’elle le bouc émissaire idéal pour montrer la tragédie de la situation en soulignant qu’une manifestante agressait des représentants de la loi qu’elle  n’avait pas d’ailleurs reconnus puisque son geste ne résultait que du respect de la défense et de la protection de l’environnement.

Vous ne pouvez en aucun cas condamner cette brave femme…vous aviez excusé  ce joueur de fout qui avait lavé l’affront bafoué en enfonçant celui de son adversaire, vous aviez dit que la main d’un autre était la main de dieu, comment pourriez-vous aujourd’hui, en voyant les images, dire que les gestes de ma cliente n’étaient point d’empêcher qu’on éteignit un feu dangereux mais que les moyens pour le faire n’avaient aucun rapport avec la menace encourue et qu’en plus ils mettaient sa sensibilité de citoyenne en péril.

Douteriez-vous de mon explication ?  Un exemple, cette semaine lors d’une recherche de drogue à Toulouse, la traque est faite devant un box dont le propriétaire, un délinquant au casier très chargé, avait été filmé faisant d’étranges navettes. Il est interpelé et le chien spécialiste en recherche de cette marchandise marque l’arrêt devant la cache…. Mais la brave bête, sûrement affamée, se sert goulument sur cette preuve ….

Quoi ? Mais de quel trafic parlez-vous, de quelle drogue, ce brave garçon avait préparé de la pâtée chien pour ses amis les bêtes dont il défend la cause. Que pouvait-on imaginer d’autre ? La preuve est criante de vérité…..

Attention aux apparences et ne vous fiez jamais aux jugements trop hâtifs.

 

LE POMPIER !

Le feu et le pompier !

Dimanche c’était la fête du travail.

Des gens manifestaient dans les rues, on ne saura jamais si c’était parce qu’ils en voulaient ou s’ils le détestaient….

Pour enjoliver ces défilés, l’habitude est de faire des feux de joie le long du parcours pour qu’il devienne plus festif.

Çà et là en fonction du matériel glané, on empile des poubelles et des pneus éventuellement quelques boites à lettres, des palettes esseulées, et hop, la gaité est là, la manif peut même devenir chenille si la musique est lancée.

Un pompier qui devait faire du zèle, au lieu de rester chez lui et boire des bières avec ses copains en regardant les défilés, n’écoutant que son amour du travail, sortit sa lance et commença par s’attaquer au feu qui s’étendait.

Une manifestante qui vaquait dans ce même coin, sans doute amoureuse des effets pyrotechniques, attirée par les structures atypiques qui flambaient en dégageant dans le ciel des nuages artistiques eut sans doute un orgasme à la vue de ce spectacle de rue féérique.

Mais quel est donc ce sale béotien de Thessalie qui avec sa trompe dégoulinante est en train de me priver de mon dernier spasme dominical se dit elle en revenant à la réalité ?  Alors la vue brouillée par la fumée et les vapeurs toxiques du plastique qui l’excitaient elle se dirigea sans faiblir vers cette espèce de gougeât endimanché, ce fayot du boulot même pas syndiqué qui lui ôtait les derniers souvenirs d’une étreinte lubrique près d’un feu de cheminée en attendant que le père noël impudique lui proposa de voir son petit jésus enflammé qui commençait tout seul à se consumer, déchainée en pensant à ce coitus interruptus elle se jeta sur le soldat du feu qui dans un premier temps resta coi, puis oubliant toute retenue se mit à frapper ce fonctionnaire sans défense qui ne pensait qu’à travailler.  Elle s’accrochait à lui telle une sangsue goulue tentant de lui arracher ce tuyau qui entre ses jambes pendait et voyant qu’il refusait toute approche se mis à le frapper de toutes ses forces pour l’empêcher d’éteindre ce feu qui la consumait aussi.

Il y a de plus en plus d’agressions de pompiers. Serait-ce dû au nom de la profession ou ne serait-ce pas plutôt une montée du fétichisme dans notre population ?

Drôle façon de l’allumer…Ce n’est pas parce qu’on a le feu au cul qu’on doit agresser un pompier…il y a des boutiques spécialisées dans la location de costumes !

EN MAI !

Le premier mai, fais ce qu’il te plait…. Ne travaille pas !

C’est la fête du travail.

Une fête venue d’une époque oubliée, une fête fleurie, souvenir fanée d’un parti presque disparu dont les ténors méconnus des jeunes d’aujourd’hui usaient d’un langage coloré pour expliquer à l’opposition gouvernante qu’ils n’appréciaient point leurs décisions. Alors le premier de ce mois, on défilait porté par le parfum suave des clochettes de cette fleur qui symbolisait le travail, on se demande bien pourquoi….

Aujourd’hui il reste un mot étrange dont certains ne connaissent même pas la signification…… mais qu’est-ce donc que le travail ?

Quand je pense qu’ils disaient que la vente de ces brins leur avait permis de construire le siège de leur parti…c’était sans doute une ode au travail dissimulé, des clochettes blanches pour un travail au noir.

Mais ne revenons pas sur ce passé effacé, enterré, comme bon nombre de ces traditions dont les souvenirs eux-mêmes se mélangent à une grandeur passée dont nous ne sommes que les restes fossilisés….

Ce n’est plus qu’un jour férié de ce mois de mai qui en comptait beaucoup, mais année maudite cette année puisque le dimanche en supprime un bon nombre….

Les manifestations sont même devenues banales puisqu’aujourd’hui on ne vote plus mais on défile beaucoup ….. on défile même contre le cancer, ou les autres maladies, on fait des marches blanches et on construit des barricades florales avec des loupiottes qui clignotent pour se donner bonne conscience pendant une journée, on fait un ‘ton’ quelconque, ou un too audimatesque et ciblé, on balance un message sur le net, on chante son hymne à la tolérance, au besoin même on se castagne autour de feux de joie, une constante perdure, on casse, on brule, on se fait des flics et des pompiers, on brise des vitrines avant de faire ses courses dans des magasins triés sur le volet de la consommation, au passage, un peu de monnaie dans un distributeur, on casse aussi la graine autour d’un  barbecue rapidement organisé avec le matériel d’un Mac Do, puis le lendemain on retourne se battre pour un litre de tournesol ou faire une provision de PQ ….double ou triple face pour ceux qui ne peuvent plus se la regarder.

Car aujourd’hui chacun veut faire ce qu’il veut quand il veut, en oubliant de faire ce qu’il doit !

L’ETHIQUE !

Nouvelle éthique !

L’éthique du barrage, la politique revisitée….

Une déontologie en roue libre.

On pourrait dire que maintenant, c’est la tactique de la tique, l’éthique de la tique qui suce le sang du sujet dominant…..

Tout le monde se félicite, tout le monde a gagné….

C’est la nouvelle génération politique…..c’est la génération barragiste.

Avant on voulait gagner, maintenant on se contente de perdre en applaudissant puisqu’on a sauvé les français en faisant ‘BArraaage …..

Maintenant pour exister on fait les yeux doux au vainqueur en espérant qu’il daigne accepter une allégeance alimentaire pour continuer de subsister. Les grandes idées se dissolvent dans l’eau de la rétention du baraaaage …..la flamme des personnalités, leurs ambitions  se sont noyées dans la flotte de la retenue…. du barraaaage.

L’éthique et la déontologie se décomposent dans la médiocrité ambiante. Le barrage stoppe tous les désirs et les réflexions !

Putain, il n’y a que la foi qui sauve…

Heureux les simples d’esprit ils l’ont toujours dans le cul, mais maintenant ils sont contents !

 

LES QUEUES !

La France, cet autre pays des queues !

Une habitude qui dure et perdure ….

La queue pour les masques, la queue pour les vaccins, la queue dans les rues devant les magasins, la queue pour le pass, la queue pour les tests, et aujourd’hui la queue pour les procurations….

Nous sommes conditionnés. La queue est déjà la devise des grandes surfaces : on achète rapidement et on fait la queue aux quelques caisses pour payer …….

A que c’est la merde !