Archives pour la catégorie La vie

LA DANSE !

La danse !

La danse, c’était avant….

Avant les réseaux sociaux, on allait en ‘boîte’ pour draguer……c’était un moyen d’utiliser le rapprochement propice d’une danse que seuls quelques dinosaures connaissent encore pour l’avoir pratiquée……

Ah, ces boîtes enfumées, aux lumières tamisées, aux décibels rugissants qui s’échappaient des enceintes géantes qui laissaient un sifflement persistant dans nos oreilles jusqu’au lendemain….. en devenant les larsens d’aujourd’hui, ah, ces danses à la mode aux noms oubliés qui changeaient chaque mois, ah ces chanteurs français qui ne faisaient que maladroitement plagier tant bien que mal des titres américains à peine traduits correctement, truffés de yé-yé bien pratiques pour faire rimer des mots improbables, ah ces looks atypiques où les garçons et les filles ne se fringuaient pas à la même adresse pour ressembler à des moutons des mêmes troupeaux qui revendiquent leur différence en devenant aujourd’hui les mannequins sandwiches exploités gratuitement par des marques friquées….

Et puis d’un coup, l’intensité des lumières baissait encore d’un cran, la piste se vidait et la série des slow commençait…..les garçons se dirigeaient vers une future conquête à moins ce n’eut été l’inverse et que la proie supposée n’attendait que de refermer ses filets sur le chasseur choisi, et un étrange ballet commençait alors réglé par le tangos des mains sur les tailles réciproques, celui des joues qui se frôlaient et des lèvres qui n’attendaient que le signal adverse pour s’unir avant la fin des quatre minutes réglementaires de la durée de cette danse mythique …….pour des générations qui n’existent plus ou qui n’en gardent qu’un souvenir attendri….

Cette sorte de protocole a maintenant changé…on ne s’amuse plus de la même manière, l’alcool a tout emporté, les jeux vidéo on remplacé ces jeux de drague et les SMS ont relayé le flirt et la tchatche à des jeux pour gamins, la cigarette est toujours restées mais le carburant est plus sinistre….

Mais ce sont surtout les gestes rituels qui ont changé….il faut presque boire avec excès et tenir un verre dans sa main pour exprimer son contentement, ensuite lever un bras en criant pour montrer sa joie puis les deux en les agitant au son de youyous sonores pour signifier qu’on s’éclate totalement en se balançant sur des rythmes qui ne sont à la musique que ce que le ketchup est au tartare……

Aline et ses mots bleus est morte avec Capri qui s’est perdu avec Michelle, lassée d’attendre que la mer se retire des canaux d’une triste Venise engloutie sous les neiges du Kilimandjaro pendant que Unchained melody me fait encore croire aux fantômes du passé….my ghost  !

DU VECU !

Du vécu qui en dit long !

J’attendais ma femme dans la voiture devant une pharmacie…..

Arrive une décapotable, sono à fond, toutes les vitres ouvertes…coup de frein brutal, elle sort de sa caisse, et sans arrêter le moteur entre à son tour dans l’officine. Machinalement je regarde la scène et j’aperçois sur la banquette arrière un bébé qui pleure sur son siège.

Cinq minutes plus tard, celle qui doit être sa mère revient dans son véhicule, et en m’excusant, je lui dis qu’elle devrait faire attention…… Laisser son enfant seul dans une voiture en marche n’est pas très prudent…..

« Va te faire enculer pauvre con. »…….puis elle démarre sans plus d’explications en me gratifiant d’un doigt d’honneur…..qu’elle n’a sûrement pas …..

On ne parle pas la même langue, on ne doit pas vivre dans le même monde, on n’a pas les mêmes valeurs, ni sans doute la même éducation…c’est ça la vie……sans doute, mais elle a commis une autre erreur, je ne suis pas un panégyriste des sodomites !

RESISTER !

Résister ou ….

Je résiste…allongé sur la table, immobile, cela fait plusieurs fois, j’ai presque l’habitude, et chaque fois je me dis que ça va être différent et que je vais gérer, Je connais cet anesthésiste, on plaisante, et puis je le regarde me piquer, tout en me persuadant que je vais enfin réussir, je résiste, je résiste, je ré….

Le décor est changé, ma bouche est pâteuse, j’ai l’impression de me réveiller d’un long sommeil, pourtant je ne me rappelle pas d’être allé me coucher, d’ailleurs ce n’est pas ma chambre, c’est l’hôpital, peu à peu des bribes de souvenirs reviennent, putain, je viens de réaliser, je n’ai pas encore pu résister, c’est chaque fois pareil….

Cela ressemble au sommeil. On va se coucher, tôt ou tard, on lit, ou pas, on éteint, on prend sa position favorite, et puis on ne peut pas dire avec exactitude le moment où l’on tombe dans la torpeur. Il y a bien sur des signes avant-coureurs, une sorte engourdissement physique et mental, une lourdeur des muscles, une perte de la réalité, comme une fatigue indéfinissable, mais le sommeil arrive toujours par surprise sans qu’on s’en compte et nous perdons le sens de la vie jusqu’au moment du réveil.

Alors je me dis que mourir doit être la même chose……s’endormir pour toujours, sans s’en rendre compte. Nous allons retourner d’où nous venons, vers ce néant duquel nous sommes sortis par hasard pour exister pendant quelques secondes de ce temps qui défile inexorablement, car il ne faut pas se leurrer, nous ne sommes que le fruit d’un accident, la conséquence hypothétique d’événements aléatoires et nous retournerons vers notre point de départ dans les mêmes conditions….. seuls……On ne peut pas résister, on ne peut que subir !

TOLERANCE SUITE !

Les tolérances à la pelle !

La saga destructrice de la déité du ciel et de la terre se calma pendant quelques siècles, à mon avis il était allé faire un tour sur une autre planète sur laquelle il avait tenté une autre forme de création, histoire de se remotiver après ses petites contrariétés terrestres, et surtout pour donner de l’eau au moulin de Darwin dans quelques milliers d’années.

Mais je voudrais revenir sur un des points culminants de la grande tolérance du god in the sky.

Je considère que je m’adresse à des néophytes en bondieuserie, à des béotiens en catéchisme et surtout à des lecteurs assidus de la bible revue et corrigée par ritondecannes au cours de mes posts depuis quelques années.

Je vais donc vous narrer la fabuleuse histoire de Sodome et Gomorrhe.

Un matin donc, en buvant son café et en lisant la gazette des terres crées, dieu tomba sur un article qui parlait de la terre bleue et des deux villes susnommées, pas très loin de la mer morte.

Putain se dit-il en lui même, dieu ne jure pas en public, surtout qu’une flopée d’angelots assistaient comme chaque matin à son lever. Il faut vous dire que les journées n’ont pas la même durée sur chaque monde, mais que les nouvelles sont publiées en direct live et souvent même avant qu’elles n’arrivent puisque en vertu de l’article premier de la création, dieu sait tout et a tout crée, donc ce mouvement de surprise et ce juron intérieur ne sont là que pour le décorum et pour susciter les louanges du public des flagorneurs qui ne veulent pas subir le sort des premières créatures sans aile, mais avec un sexe, d’ailleurs on n’a toujours pas résolu le mystère du sexe des anges.

Quoi, se dit il, la sodomie, je me disais aussi, il n’y a plus de naissance, et moi qui leur avait demandé de croître et de se multiplier. Mais en y réfléchissant, il réalisa que c’était lui même qui avait crée ce mot, sûrement en se souvenant des conversations métaphysiques avec ces fameux anges dont je vous ai parlé plus haut et surtout en précisant, mais vous avez déjà du le remarquer, que les femmes sont totalement absentes dans toutes les anecdotes et les témoignages qui jalonnent la genèse, puisque excepté Eve, créée uniquement pour amuser Adam, on ne parle que du saint esprit, une sorte de partouze à trois, entre dieu et son fils avec justement cet inconnu dont on ignore tout.

Donc, dieu est outré et décide d’agir rapidement et de punir tous ces terriens qui se prennent pour lui….la sanction est bien sûr l’anéantissement pur et simple…pas de demi mesure. Mais une de ses créatures ose lui faire remarquer qu’un peu de clémence et de tolérance seraient très utiles pour les prochaines élections car le serpent a de plus en plus de partisans….mais rien n’y fait, dieu reste ferme sur ses positions, et en plus lorsque son chouchou Loth s’enfuit avec sa femme, ils ont eu la fameuse attestation de dépasser les dix kilomètres pour un motif familial impérieux, il faut toujours des témoins pour raconter les atrocités du créateur à ceux qui seraient tentés de désobéir, le maître des cieux et de la terre leur demande de ne pas se retourner, c’est son péché mignon, il y a toujours une couille dans le fromage, toujours une condition à la con, la pomme est devenue une anguille sous roche……et naturellement c’est encore une excuse pour se débarrasser de la femme qui se retourne et qui est transformée en statue de sel, dieu ne peut pas s’empêcher de faire des tours de con…….pour les anges qui regardent au balcon en buvant le thé…bon, là j’improvise, il n’y a aucune source fiable, c’était peut-être un diabolo…humour.

Remarquez, la suite vaut son pesant de cacahuètes……

Nous retrouvons Loth veuf par la grâce de dieu, c’est une image…pieuse…je déconne, et ses deux filles. Dieu leur a trouvé une petite grotte sympa avec du vin à profusion….c’était le temps où on n’était pas obligé de dire avec modération chaque fois…… les deux filles venaient de Sodome, je ne vous fais pas de dessin, alors dans une grotte avec leur père et du vin……..ce qui était prévu par dieu arriva, le vin n’était pas là par hasard…. et donc tranquillement elles enivrèrent leur géniteur et de Sodome et Gomorrhe tombèrent de Charybde en Scylla pour pouvoir enfanter…bref elles se retournèrent…désolé, je ne pouvais pas la laisser passer.

Putain, rien ne change…… les plans de dieu sont toujours machiavéliques et à la limite avec une justification de l’inceste, enfin pour assurer la succession, et il ne recule devant aucune manœuvre même fut elle un peu satanique …d’ailleurs leurs descendants furent les Moabites.

Le hasard n’existe pas dieu a tout prévu  !

LA TOLERANCE PARTICULIERE  !

La tolérance divine !

Petite compilation, non exhaustive de la tolérance de la déité créatrice.

C’est comme l’histoire du monstre du Loch Ness …. personne ne l’a vu et beaucoup y croient, bon, j’aurais aussi pu faire une autre comparaison plus catégorique et plus cynique, mais comme je ne veux pas blasphémer, je me suis censuré, on ne sait jamais Big my god sait tout et il peut m’interdire l’entrée de son nouveau paradis éternel jusqu’à notre prochaine incartade .

Comme vous le savez, c’est sur sa carte de visite, et inscrit sur sa publicité, dieu est grand, dieu voit tout, dieu sait tout, et dieu est tolérance….

Juste un petit retour, Eve fait une faute de jeunesse, il ne faut pas oublier qu’elle n’a jamais été petite, elle est née grande et déjà femme, enfin, presque, alors, la sexualité commençant à la chatouiller sans en connaître les manifestations, et pour cause, aucune expérience, l’éveil d’un désir charnel, enfin, elle ne pouvait même pas connaître les causes de cette grattouille intérieure, les sensations procurées par un corps dont elle ignorait tout, et surtout aucun conseil d’une mère absente, et ce serpent tentateur qui usait de tous les stratagèmes jusqu’à se déguiser en sextoy entreprenant et charnel, et voilà la jeune pubère qui se jette sur cette promesse d’un autre paradis, certes artificiel et inconnu mais oh combien tentant, surtout que son compagnon, également abandonné et puceau forcé, ne pouvait même pas l’honorer,  ni se satisfaire, puisque le mode d’emploi ne figurait pas sur son certificat d’aptitudes humaines. ….

Donc, au premier manquement de son règlement intérieur, sans aucune considération pour ces orphelins perdus au milieu des plantes et des animaux qui devaient forcement se reproduire et peut-être intriguer les deux tourteaux aux amours platopasniques avant l’heure, dieu, sans ménagement les expulse des son jardin en leur demandant d’aller voir ailleurs s’il y était.

Et les pauvres enfants sans mère furent abandonnés par un père jardinier qui se foutait totalement de leurs pommes.

Ils allèrent donc dans ce monde inconnu avec toutes les gentillesses que leur créateur leur avait promises…travailler, souffrir, et enfanter dans la douleur…… et enfin mourir, puisque dans le cahier des charges de leur première habitation, l’immortalité faisait partie du compromis…..que de pépins pour la pauvre Ève qui constatait déjà que ce dieu n’était qu’un macho tyrannique.

Quelques siècles plus tard, les hommes s’étaient reproduits sur ce monde hostile dont ils devaient travailler la terre pour subsister alors que sûrement, dans leur ancien paradis, les fruits et les légumes devaient pourrir faute d’être mangés.

Dieu, qui s’emmerdait, descendit un jour pour voir ce que devenaient les enfants de ses créatures, afin de s’assurer qu’ils continuaient de chanter ses louanges….. il est un peu cabot et légèrement narcissique. Mais il fut fort déçu en s’apercevant que la terre était corrompue suivant ses appréciations et il décida de la détruire pour tout recommencer, un second tilt planétaire mais pour se passer d’une nouvelle création il misa sur son joker, le brave Noé qui fut chargé de s’occuper de ce Cool Anka première version et de sauver sa famille et tout ce qui vivait sur la terre, dieu ne recule devant rien pour tout détruire et recommencer le jeu de la création deuxième version parce qu’il venait de perdre sa seconde partie.

Game over….à suivre  !

SUPERFETATOIRE ! 

L’immortalité superfétatoire !

La vie est également bien faite …

Je vous avais parlé de son inutilité dans un post précédent, cependant on dirait que tout a été prévu pour faciliter notre départ pour nous faire tout oublier .

Donc, nous passons une vie à apprendre, à nous cultiver, à appréhender la beauté….puis, peu à peu nous perdons de notre jeunesse et de nos facultés…..

Et c’est alors que la nature devient géniale, enfin, il vaut mieux dire cela ainsi, nous ne voyons plus les rides sournoises dénaturer ce qui avait fait notre beauté, nous perdons notre vocabulaire en même temps que notre voix, nous cherchons les mots qui avaient forgé notre faconde et notre art de la répartie, sans les lunettes nous ne discernons plus que nos cheveux ont blanchi avant de tomber, que les kilos ont rempli les vides de nos vêtements, et si notre femme reste toujours celle de nos souvenirs, alors, même notre ouïe qui s’est affaiblie nous prive de ses remontrances acides sur nos petites manies qui la faisaient rire et qui maintenant l’agacent…..

Alors peut-être que nous-nous préparons à quitter ce monde dans la sérénité….et pourquoi pas avec une certaine abnégation philosophique.

La plupart de nos amis sont partis, nos enfants se sont éloignés pour faire leur vie et un fossé s’est inexorablement creusé entre les générations. La façon de vivre n’est plus la même, l’héritage des générations précédentes s’est dissout dans un nouveau comportement dans lequel nous ne nous reconnaissons plus.

La mode, la façon de parler, la culture, la musique…bref tout ce qui nous rattachait à un passé qui s’est enfui et qui est en train de disparaître, a peu à peu fait la place à d’autres valeurs qui ne nous correspondent plus ….

Bien sur, on peut toujours rester dans le coup, mais alors ce serait encore plus terrible, nous deviendrions des vieux qui veulent rester jeunes, d’ anciens jeunes en sursis, un peu comme ces vielles belles qui à coups de botox et de liftings pensent garder leur jeunesse éternelle…

Alors je me demande à quoi pourrait bien servir cette immortalité souhaitée par beaucoup de ceux qui sans doute sont encore jeunes et qui ignorent encore tout de la vie, et je me dis qu’elle est vraiment superfétatoire.

Oui, totalement superfétatoire,  je ne comprends pas les raisons d’une telle éventualité, car cette immortalité, suite à notre vie terrestre, ne serait en rien une solution pour moi……ni une explication…… mais je ne suis qu’un homme !

 

LA VIE !

De l’utilité de la vie….. ou de son inutilité !

La vie…pourquoi ?

Où allons-nous, d’où venons nous ? ….Je m’en fous totalement.

La seule question est : pourquoi ?

Pourquoi sommes-nous pratiquement obligés de passer notre vie à tenter de survivre ?

Pourquoi se poser des questions inutiles au lieu d’essayer de passer de la meilleure des façons possibles ce bref passage quasiment imposé, puisque nous n’avons rien demandé ? Nous sommes obligés de subir cette épreuve ?

Alors nous sommes tentés de croire, ou de faire confiance à des explications plus ou moins farfelues pour essayer de donner un sens à ce qui n’en à pas .

Nous venons du néant, nous apprenons, nous arrivons presque à nous forger une philosophie, une éthique, la fougue de la jeunesse est devenue de l’expérience et notre éducation a presque transformé une bête sauvage en un individu civilisé, conscient que la culture pouvait le changer et puis lentement, sans aucune raison logique, nous perdons une à une toutes ces améliorations pour retourner d’où nous venons, vers cet oubli qui est le pendant de la non existence du début .

Alors pourquoi cette torture, ce supplice qui nous fait entrevoir ce que nous n’atteindrons jamais ?

Nous prenons-nous pour ce que nous ne sommes pas ? Peut-être ne sommes nous que les maillons obscurs d’une évolution qui nous dépasse, un des liens du cheminement de la vie entre l’infiniment petit et le but de l’évolution dont nous ne sommes que le balbutiement ?

Alors bien sûr, nous ne pouvons pas comprendre ce qui nous dépasse. La chenille ne saura jamais qu’elle va devenir un papillon qui d’ailleurs ne peut pas comprendre que cette petite larve représente son passé.

L’explication est sûrement simple, terrible, et surtout méprisante pour nous qui pensons être des dieux…. mais qui ne sommes pas finis, un vulgaire pion, un simple caillou perdu dans la construction de l’évolution, une participation obscure à la propagation de la vie par l’intermédiaire de notre action de reproduction sur le chemin des mutations, car peut-être que la création n’est pas encore totalement terminée et que la nature cherche toujours sa finalité ou sa perfection…et que nous en sommes encore loin !

EPOQUE !

Époque formidable !

Nous vivons une époque formidable ..

Les moutons construisent l’abattoir dans lequel ils vont se faire sacrifier au dieu de la consommation en chantant qu’ils sont libres.

Il suffit d’ouvrir les yeux sur notre époque et de regarder autour de nous.

Dans les rues les humains moutons paient pour porter des fringues et faire la pub à des marques qui vendent des logos à leur représentation pour en faire hommes sandwiches. Ils likent sur les sites de pipoles friqués qui s’engraissent sur leur connerie et qui en plus les snobent. Ils regardent sur le net les richesses de ces parasites qui gagnent de l’argent en étalant leur opulence sous formes de maisons, de voitures de bateaux et de vies luxueuses sans se rendre compte que ces guignols les narguent ironiquement.

Ils ne voient même pas qu’ils sont manipulés et qu’ils sont leur propre exploiteur ….les moutons paient pour se faire égorger…..les bourreaux ont gagnés….

Les loups ont pris le pouvoir que les moutons leur ont donné !

LA VIEILLESSE !

La terrible vieillesse !

La vieillesse arrive ..normalement, inéluctablement, le temps a commencé son œuvre depuis le premier jour, les photos ont vieilli, jauni comme notre peau qui s’est aussi tachée de ces minuscules auréoles foncées que certains poétiquement appellent les fleurs de cimetière, la chair est devenue flasque et les rides cruelles ont commencé leur travail de sape, alors pour celles qui contestent les outrages de ce temps aveugle et sourd qui refuse de changer les images que renvoie le miroir de la réalité, il y a le remède ultime, celui du lifting qui va leur rendre une partie de leur jeunesse envolée en retendant leur chair déformée.

Alors comme la maladie, elles courent pour retrouver l’amour de leur silhouette oubliée en espérant que les bistouris artistes entre les mains de chirurgiens esthètes leur feront retrouver l’image de leur jeunesse maintenant fanée ..

Mais lorsque le temps a continué son œuvre de destruction massive et que les rafistolages successifs botoxés ont de nouveau craqué, après avoir commencé comme des canons, et être devenues des canards, elles finissent comme des boulets callipyges dont les figures avachies, proches de bouledogues, n’ont plus aucune rapport avec le chien qu’on leur prêtait !

C’est vrai que la vieillesse est un naufrage, c’est comme une épave qui vient s’échouer sur la grève du temps qui s’est enfui !