Archives pour la catégorie La vie

LE MALHEUR !

Le malheur et la croyance !

Il y a un effet corrélatif incroyable et presque proportionnel entre le malheur et la croyance.

La croyance implique également la culpabilisation, la faute, le pardon et la sanction.

Le malheur s’abat quotidiennement sur les humains en prenant la forme de sanctions divines. L’homme faute, il ne respecte pas la loi de dieu qui le punit. De terribles représailles s’abattent sur les humains pour les culpabiliser. Donc tout ce qui peut les punir est dû à leur faute. Ces punitions prennent les formes de maladies, de détraquements climatiques, d’accidents, de guerres avec les famines et d’autres atrocités.

Il ne reste plus qu’aux humains à se réfugier dans la prière pour demander pardon à la divinité offensée.

Plus le malheur est terrible et plus la prière sera longue et émaillée de sacrifices.

L’homme est l’éternel responsable de la punition divine infligée à ses premiers ancêtres qui ont commis la première faute ourdie par une machination divine pour les précipiter dans un piège diabolique dont ils seront toujours à la fois les responsables et les victimes au nom de leur libre détermination, factice, puisque dieu, par définition, sait tout et peut tout, en étant infaillible.

L’homme a été créé par un dieu aimant pour passer sa vie à souffrir afin d’expier une faute qu’il n’a pas commise pas commise. Tout est dit dans la condamnation de l’homme et de la femme chassé du paradis…

Le bonheur lui est interdit puisqu’il est une forme de libération de la faute originelle marquée au fer rouge et indélébile dont il ne peut se soustraire sans s’écarter de la croyance à cette déité dont il doit la vie.

Il n’y a pas de libération sans s’affranchir du père.

C’est le problème récurrent de l’humanité !

L’ÂGE !

L’âge et les changements !

Je suis sans doute vieux-jeu, un peu, strict, enfin, à peine, ou bien intolérant, tout simplement, peut-être, c’est à discuter, mais je n’arrive pas à m’y faire…

Je déteste les tatouages et les piercings …. S’enlaidir à ce point est au-dessus de mon entendement. Oui je sais, je ne suis sans doute pas en osmose avec les aspirations et la mode de ce temps, mais si on avait obligé certains à devenir des panneaux publicitaires ou des pelotes à épingles ambulantes je gage qu’ils auraient hurlé au scandale.

Je pense même que dans certains moments intimes si j’avais découvert ce genre de saccages sur le corps d’une copine, cela m’aurait coupé tout désir sexuel et que je n’aurais pas pu aller plus loin dans mes investigations ‘scientifiques’ et anatomiques.

C’est exactement comme si j’avais trouvé un clou dans une moule…oui, je sais l’image est un peu audacieuse, voire gauloise, mais je crois que je l‘aurais ressenti ainsi….et en plus, putain, ça doit faire mal….

Le corps d’une femme, ou d’un homme, n’a nullement besoin de servir de lutrin pour suivre une lecture, fut-elle-même passionnante, car la découverte de ce corps par les mains ou les lèvres inquisitrices ne souffre d’aucune autre expérimentation approximative, et si j’osais, on lit une femme avec ses mains et ses lèvres…..elle n’est pas un I book…amusant , non ?

Le galbe d’un sein, hérissé de pointes, un sexe cadenassé, comme au temps des croisades où le chevalier en fermait la porte pour empêcher tout accès pendant son absence, des tatouages symboles d’une jeunesse qui comme un calendrier va s’incrémenter chaque jour des outrages du temps, car la magnifique rose éclose  sur un téton piquée va lentement glisser vers un ventre moins ferme qui ne laissera plus que les épines dépasser, et ce mot d’amour sur un bas ventre musclé venir se perdre dans les poils d’un pubis ratatiné où même l’aide de lunettes à doubles foyers ne pourront plus en exciter une lecture sur un sexe pourtant épilé dans un moment de tendre félicité partagée .

Mais que dire également des textes imprimés sur des peaux dont l’usage journalier peut en ternir la lecture et puis nul n’étant à l’abri d’un changement, l’ode à la première conquête peut devenir l’obsession de la deuxième qui n’aura alors plus qu’un désir, en effacer toute trace, pour retrouver une sorte de virginité psychologique…

Est-ce le temps qui a désenchanté mes aspirations amoureuses, est-ce l’âge qui a diminué mes imaginations ludiques, mais il est toujours troublant et même décevant de caresser un piercing en le prenant pour un clitoris, d’utiliser du nutella à d’autres fins que celle de la faim et de s’apercevoir qu’il y a des épines dans du miel d’abeille savamment étalé sur un corps offert et consentant pour être dégusté par une langue certes avide mais jamais caparaçonnée pour d’une rose en savourer l’arôme ?

Ou bien faudrait-il joindre l’utile à l’agréable et avertir par un message explicite tatouée que sous une peau offerte se cache des pièges acérés que seul un sadomasochiste pourrait accepter !

Une autre fois je vous parlerai de l’enlaidissement chirurgical qui devient une autre mode …

Cependant je ne suis qu’un esthète et je n’ai nul besoin de fioritures même piquantes, ni explicatives, pour d’une femme parfaite sans chichis de la mode, en accepter la simple beauté !

CONTENTS !

Tous mes amis étaient contents !

Contents de me voir…of course….

Je suis revenu, tous les posts, jusqu’à celui-ci, étaient programmés avant mon départ….

Donc, c’était le royaume de carton-pâte en fête…..

Comme si vous y étiez …..

Il faisait un temps splendide…..même chaud….dommage, je n’aime pas la bière même si la ‘guinness is good for you’…beaucoup de monde…après le festival j’étais dans l’ambiance…mais le décalage horaire est épuisant….j’avais mis mon chapeau collector…mais tout change…on était plus ..qu’il y a …..

Nous sommes bien sûr allés voir la parade des plus beaux boys avec leur sexy Bearskin…..les anglais adorent voir les chorégraphies élaborées de tous les petits soldats de plomb qui défilent au son de leur fanfare et qui sont dirigés par les cris gutturaux des ordres lancés. C’est beau de voir tous ces militaires déguisés en quilles de bowling nous faire admirer leurs pas de danse dans un gigantesque balai sur cette grande place, pendant un moment j’ai même cru qu’ils allaient nous gratifier d’un french cancan….nostalgie populaire….

Putain, mais comment font-ils pour ne pas aller pisser ?

Mais j’adore l’Angleterre …Dieu est mon droit, Honni soit qui mal y pense et le fameux God save the queen….  qui font tous parti de notre revanche immortelle, merde, un hymne à la fistule anale de Louis XIV…que de victoires.

Une sorte de répétition pour granny……Bon, mais quand elle va mourir…….

La reine bleue au balcon de Buckingham, c’est le pape blanc de celui de la place saint Pierre. Les pèlerins sont les mêmes.

La communion populaire pour le jubilé c’est la fête œcuménique après la coupe du monde de fout en France

Bon, après, ça commençait à saouler ….. mais j’imagine qu’il devait en être de même pour vous….car vous aviez le son des commentateurs télé. Avez-vous remarqué que chaque premier soldat d’une rangée ne se tournait pas vers la reine en passant devant elle ?

Ça suffit, fini de jouer…la reine se cassait et moi aussi ….Dix minutes au balcon…vive les œufs bacon …..putain, encore un mot d’ancien français….

Une dernière provocation : Mais que seraient-ils devenus sans nous ?  Ça les fait toujours rire…..

Défilé aérien pour saluer notre départ vers un repas bien mérité, il n’était pas encore 13h … steak and kidney pie, on reste dans la tradition…en fin d’après-midi, direction Winchcombe et Cheltenham, pour un pèlerinage samedi……. Mais toujours taraudé, je me demandais si Volodymyr avait été invité !

SYMBOLISME !

Symbolisme du papillon et de la chenille !

Le papillon ne se souvient pas qu’il a été une chenille et encore moins une chrysalide.

La comparaison avec l’être humain est totalement absurde…. puisque je parle de symbolisme…..

Mourir pour renaitre à la vie est le symbolisme commun pour la plupart des religions et de passages initiatiques …la graine plantée en terre doit ‘mourir’ pour ensuite renaitre pour donner une fleur et la mort n’est que la finalité de la vie terrestre qui permet le passage à la vie éternelle ….Le sens de la vie étant de préparer cette transition. La mort devient la conclusion de la vie terrestre et donc un passage inévitable, pour ceux qui y croient, bien sûr…..

Mais je persiste, nous avançons sur une voie à sens unique sans possibilité de reculer ou de s’arrêter et l’issue ne peut en être que le départ, ou la mort.

Je n’ai jamais pensé que cette fin pouvait nous empêcher d’être heureux, mais le bonheur n’est également qu’un instant fragile et fugace lors de notre passage, un autre point d’interrogation éphémère sur notre cheminement.

Les prêtres m’ont aidé à ouvrir les yeux en me donnant l’accès à une lumière qui brule les ailes des papillons qui s’en approchent trop car le savoir est dangereux. Un autre symbole……

Subsiste  ‘Ut ultimum’, souvenir de mes années passées à fréquenter un certain Gaffiot fidèle ami de cette période-là, et une devise qui m’a toujours accompagné depuis et qui m’aide à franchir beaucoup d’épreuves en appréciant chaque bon moment volé à cette fin inéluctable….

On ne se souvient pas d’avoir été dans le ventre de sa mère, en principe, mais on le sait, là est la différence et le papillon s’approche de la lumière parce qu’il ne sait pas qu’elle va le tuer ….c’est donc l’espérance en une autre vie qui donne la foi à ceux qui pensent que rien n’est fini ……en franchissant les portes de la mort.

Mais là se dressent un autre problème et une autre série de questions !

PHILOSOPHIE !

Un peu de philosophie pour bien commencer !

Un peu de philosophie…. pour tout relativiser…

Depuis la naissance de l’homme sur cette planète, chaque être a contracté une maladie mortelle.

Personne n’a encore réussi à la vaincre et elle se transmet de génération en génération, et pourtant l’homme continue de procréer et de se multiplier, et il est toujours là….. puisqu’il fait avec.

Aucune autre maladie ne peut être plus contagieuse et plus terrible …..

Cette maladie s’appelle la vie !

BAPTÊME !

Troisième baptême !

C’est ainsi que naissent les religions….

Vendredi j’ai été baptisé pour la troisième fois….condition nécessaire et obligatoire pour se déplacer, je ne l’ai donc pas fait de gaité de cœur et à la limite je dirais que je suis entré en conflit larvé avec moi-même…. une sorte de contradiction viscérale .

Voilà, j’appartiens maintenant à la nouvelle religion mondiale des participants cotisants forcés aux grandes entreprises américaines. La foi est évidente et obligatoire,surtout sans se poser de questions…..seuls les moutons seront sauvés.

Une partie de notre liberté a été emportée par les menaces répétées qui mettent à mal notre libre arbitre en stigmatisant les opposants et en les accusant d’atteinte à l’autonomie des autres. Ce que je pourrais parfaitement comprendre. Malheureusement rien n’est clair. Le catéchisme a totalement changé depuis le début. De nouveaux péchés mortels sont apparus et on nous empêche de blasphémer en critiquant certains points d’une doctrine…invérifiable….

Des prêcheurs viennent porter la bonne parole sur les écrans de télé en prenant plus d’importance qu’ils n’en ont en nous abreuvant de conseils et de vérités enrobées de menaces, et contredites au sermon suivant presque comme une forme d’endoctrinement…. tous y vont de leur parole d’évangile même s’ils ne sont que des é  pitres……. Et la bible s’augmente chaque jour de nouveaux versets sous forme de dogmes ….qui souvent annulent les précédents sans qu’on en sache pourquoi.

Recevez le baptême et vous serez sauvés…..mais personne ne peut dire si un quatrième baptême ne va pas devenir obligatoire !

DEBATS !

Débats et des hauts !

Est-ce qu’on m’appelle riton ou ritonne ?

Ou bien Henri ?

Oui j’ai fait du latin et du grec et j’avoue toujours prononcer le latin à la ‘curtone’, c’est-à-dire en transformant les ‘u’ en ‘ou’…pas de quoi en faire un fromage surtout lorsque j’entends certains étaler leur kouaziman pareil avec une bouche en cul de poule pour impressionner leur auditoire.

Aujourd’hui, une autre polémique, un autre débat sur le nouveau var-iant, enfin sur sa prononciation…putain, si certains se focalisaient plus sur les moyens d’éradiquer ce vi-rus que sur la façon de lui trouver un genre ou sur la manière de prononcer ses petits…le co-vid est transgenre, comme le var-iant…mais ils mutent….en changeant d’orientation sexuelle ….

Grec ou latin…ou francisé ?

Alors omicronne ou omicron…comme con …au masculin, sinon tout est remis en question….. sans doute par les ayatollahs du langage inclusif…qui je le souligne, commencent à me gonfler.

Et puis, on a parlé du delta qui a fait prout, alors qui nous dit que ce petit micronne ne fasse pas pschitt à son tour, je veux bien qu’il soit contagieux…comme la grippe, mais est-il plus dangereux que ces autres variants dont on ne parle plus et dont on a fait de terribles menaces ? Au fait, maintenant de cette dernière,  on n’en parle plus, comme des épidémies de gastro-entérites qui mobilisaient les JT et les docteurs narcisses d’opérettes avides de plateaux de télé…..

Oui, tout est dangereux….comme est la vie !

L’IMMUNITÉ !

Notre environnement n’est que microbes et dangers !

Durant notre apprentissage de l’âge adulte nous sommes confrontés à tous ces dangers et peu à peu nous nous immunisons contre une grande partie de ces dangers. Les habitants du Groenland du siècle dernier plongés dans les affres des conditions de vie d’un européen auraient sans doute été tués par le premier rhume venu et que dire des risques apportés par les hommes venus de contrées lointaines durant la conquête du monde par les pionniers européens qui amenaient avec eux toutes les nouvelles maladies et qui bien sûr en rapportaient de nouvelles dans leurs bagages…..

L’homme a survécu à toutes les épidémies même à la fameuse grippe espagnole qui pendant trois années décima entre cinquante et cent millions d’humains.

Lorsque j’étais petit je jouais dans la terre, je mettais mes doigts dans ma bouche, je suçais des cailloux et je ne me lavais pas souvent les mains et les cheveux une fois par semaine. Les enfants jouaient dans les rues, ils criaient, ils courraient, ils étaient les héros de jeux de rôle réels…ils se cabossaient les genoux car leurs pantalons étaient courts, ils maraudaient les fruits ramassés ça et là…..ils s’immunisaient….

Aujourd’hui nous sommes en train de faire l’inverse. Vivre sous cloche n’est pas une solution et c’est peut-être même pire. Je pense aux enfants qui ne perçoivent des autres que leurs yeux, qui ignorent le sourire, qui ne sortent plus, qui passent leurs journées les yeux rivés sur une tablette qui sclérose leurs cerveaux en fragilisant leurs jambes. On les livre à l’école en les lâchant devant la porte d’entrée pour qu’ils ne fassent que quelques pas depuis la voiture maternelle, la télévision et les séries télévisuelles sont leurs seules lectures, ils n’ont que des amis virtuels et les autres réels sont leurs ennemis puisqu’ils n’arrivent plus à communiquer …sans péter les plombs…. à la moindre contrariété.

J’ai parlé de cloche, de milieu aseptisé….. d’une catastrophe annoncée, car il va falloir sortir de ce cocon qui est en train d’annihiler nos fameuses immunités.

Il n’y a qu’une seule solution : c’est accepter de vivre avec cette nouvelle maladie comme nous nous sommes adaptés aux autres .

Sinon, c’est reculer pour mieux sauter, si rien n’est fait pour résoudre ces problèmes !

PHILOSOPHIE !

Philosophie consumériste !

Ma grand-mère disait toujours :

« Je suis trop pauvre pour acheter du pas cher ! »

C’était une philosophe de la consommation avant l’heure. Je crois qu’elle avait raison, mais les années suivantes lui ont donné tort puisque le ‘pas cher’ a envahi les rayons de toutes les grandes surfaces qui avaient prôné cette nouvelle façon de vendre en nous faisant croire qu’elles étaient altruistes….

Et donc pour baiser la populace on a expliqué que vendre pas cher était l’avenir puisqu’on pouvait se permettre de jeter rapidement ce qui ne marchait plus, en effet, le remplacement par le neuf coutait moins cher que la réparation. Donc on pouvait même envisager dans l’avenir de changer de maison plutôt que faire appel à un plombier…polonais qui coutait même encore trop cher.

Et puis il faut dire que les gens ont perdu la notion du beau et du bon, avec tous les changements apportés par le nouvelle façon de vivre qui, en remplaçant le bois noble par le plastique et la nourriture fraiche par les conserves à l’origine inconnue ou par des OGM encore plus douteux,  a favorisé l’éclosion de la bouffe rapide qui diluait le gout de la préparation culinaire dans la médiocrité de la rapidité pas chère, ce qui pouvait se traduire par l’augmentation plus conséquente du PQ …et pour cause….je déconne bien sur …quoique….pour un enfant d’aujourd’hui le poisson doit être un animal carré jaunâtre et la distinction d’un des cinq légumes obligatoires pratiquement impossible.

Donc, il parait qu’en ce moment la tendance est à la relocalisation, mais il ne faut pas se tromper, c’est uniquement parce que les frais de transport ont augmenté et que produire français est peut-être moins cher….pour le moment, en soulignant que le beau et bon français serait plus cher que la merde chinoise….nouvel argument de vente.

Donc…tout augmente…..mais est-ce que c’est meilleur ? Là est le problème !