Archives pour la catégorie Société

JOUR VINGT-DEUX BIS, COP 25 ET COVID 19 !

COP et Covid, même combat !

La dernière COP devait être celle de Glasgow, mais le covid19 lui avait volé la vedette et elle fut renvoyée en 2021…remarquez, ce n’est simplement qu’un chiffre qui suit un acronyme.

 Nous sommes en janvier 2074, le samedi 6, il pleut…….c’est rare car depuis quelques années les périodes pluvieuses arrivent plutôt en octobre-décembre et causent d’immenses dégâts…c’est le réchauffement climatique….

Le vaccin 2020 avait éradiqué le covid 19, mais tel le phénix, le virus avait muté et infecté, en 2033, une grande partie des survivants avec un nouveau matricule plus offensif, le covid30….un autre chiffre inutile…… La COP en était elle à sa quarantième édition et rien n’avait changé excepté peut-être la pollution aérienne .

 D’autres virus avaient muté, la planète s’était dépeuplée, surtout à cause des dommages collatéraux….les centres villes s’étaient peu à peu vidés de leur population, les commerces avaient fermé, des hordes de nouveaux barbares rançonnaient les quelques paysans qui avaient dû arrêter de travailler dans leurs champs, et les famines successives avaient fini de décimer ceux qui avaient pu survivre, et, privés de tous liens sociaux et des repères de la civilisation, ils étaient presque devenus des zombies à la recherche du minimum vital !

Depuis 2042 tous les humains vivants sont connectés avec des microprocesseurs implantés dans leur bras pour être plus facilement repérés par les ordinateurs qui surveillent leurs agissements pour vérifier qu’ils obéissent bien à tous les ordres, en effet ils doivent pointer aux différents bureaux pour chercher leur nourriture, leur habitation et leur travail, et surtout ne pas sortir s’ils n’en possèdent pas l’autorisation adéquate. Ils ont besoin d’une permission pour faire tout ce que leurs parents faisaient normalement .

Curieusement c’est en voulant être protégés contre le virus que les humains avaient demandé plus d’aide à l’état en lui donnant de ce fait les pleins pouvoirs, et en devenant des assistés, ils avaient perdu cette liberté qui aujourd’hui les fait ressembler à des esclaves sans espoir, obligés d’obéir pour continuer un semblant de vie sans aucune autre solution car le piège s’était refermé sur eux.

Les numéros des COP et des virus défilaient inexorablement et peu à peu, même l’envie de vivre avait disparu et certains sombraient dans une sorte de léthargie…..car…….

« C’est en perdant l’envie que la vie s’enfuit. »   Y-G

 

JOUR DOUZE BIS ET AXIOME SUR LES RELIGIONS !

Les religions sont-elles intolérantes !

Trois grandes religions se partagent le marché de la spiritualité, ce sont les religions du livre ainsi appelées car elle découlent d’une même source .

Le judaïsme, le christianisme et l’islam ne reconnaissent qu’un seul dieu qui a inspiré leur religion. Certains considèrent que le christianisme n’en fait pas parti…..les catholique sont des chrétiens qui reconnaissent le pape et les évêques comme leurs chefs ….

Mais ce ne sont que des points de détail….

Pourquoi sont elles intolérantes ?

La première raison est la plus évidente, elles se sont auto protégées en s’autoproclamant des religions.

Les autres ne sont que péjorativement des sectes…le tour est joué. Elles tiennent leur authenticité d’une création divine…..bien sûr invérifiable, personne n’a jamais vu dieu, mais les religions en se déclarant créées par un dieu tentent de prouver son existence…et donc, la deuxième mystification en découle, elles tirent leur justification de leur invention, le serpent se mord la queue. C’est le vaccin divin.

La deuxième raison est la plus importante.

L’histoire s’est toujours répétée…une religion minoritaire persécutée est devenue persécutrice à son tour lorsqu’elle est majoritaire.

Lorsque le christianisme est devenu religion officielle en 392 sous l’empire romain, l’empereur Théodose interdit les autres religions et des persécutions commencent les autres courants de pensée. On a vu la conquête des Amériques avec la croix et l’épée et les conversions forcées ou la mort. Israël privée de liberté et persécutée a fait la même chose avec la Palestine en construisant un mur, et l’islam a également imposé sa religion par ses conquêtes….

Pour qu’un état soit stable il a besoin d’une paix intérieure et d’une seule religion. Tous les problèmes découlent de la mixité religieuse, c’est d’ailleurs ce qui est très bien expliqué dans le premier commandement qui précise qu’il n’y a qu’un seul dieu et qu’on ne doit obéir qu’à lui seul. Il ne devrait y avoir qu’une seule parade, la séparation de l’église et de l’état, et son corollaire, notre laïcité qui accepte toutes les religions tant qu’elles restent dans le privé et n’interfèrent pas dans la loi.  Nous avons, en parti résolu, ce problème, nous sommes les seuls, probablement, mais en ce moment tout est en train de nous échapper car nous avons trop laissé faire au nom d’une complaisance laxiste, comme j’ai expliqué les raisons plus haut dans l’évolution des religions.

Une troisième raison incontournable.

Ces trois religions détestent les femmes. Elles sont les tentatrices envoyées par dieux pour les détourner du droit chemin et du paradis et d’ailleurs dans une synagogue, dans une mosquée et même une église, avant, elles sont toujours séparées des hommes ….

On pourra toujours discuter, mais une religion qui tente d’imposer son dieu en usant de la force ne peut pas être acceptable surtout lorsqu’elle prône l’amour et la sagesse …..

Axiome vérifiable chaque jour, depuis des siècles, les religions sont intolérantes et nous divisent pour mieux imposer leur vérité qui n’est pas celle de tous !

 

SUR LE QI !

Il ne faut pas tout mélanger, Q et QI  !

Dans les jeux télévisés, il est uniquement question de culture, et le QI n’a absolument rien à voir.

C’est justement l’objet de mon reproche, car en principe on s’inscrit en fonction de ses connaissances et on doit être sélectionné de la même manière.

Or, visiblement, le look, et donc l’emballage, sont plus importants que le contenu.

Je pense donc qu’il faut connaître ses limites et être conscient de ses lacunes pour s’inscrire. Je fais évidemment un parallèle avec le DPP où la sélection des candidats était plus centrée sur le rôle que chaque participant devait jouer et absolument pas sur les compétences culinaires.

J’en arrive donc à ma déduction sur les jeux : ils sont tous pipés, puisqu’on recherche en priorité celui qui va bien passer à l’écran, le savoir être au détriment du savoir tout simplement, et on peut effectivement s’en apercevoir pour tous les programmes de la télé. Et donc en fonction de la sanction de l’audimat, on peut faire gagner celui qu’on choisit.

La culture est malheureusement reléguée au second plan avec l’ouverture de la parole aux réseaux sociaux qui, en donnant la possibilité à chaque quidam de s’exprimer, démontre que la confiance est proportionnellement plus importante en fonction des likes reçus que celle que pourrait apporter un professionnel ou un scientifique de par ses éclaircissements compétents, les exemples flagrants étant donnés par des pipoles ou des présidents qui s’expriment uniquement pour faire le buzz face à des gogos qui ne font confiance qu’au nom de celui qui les poste .

Donc maintenant, dans ces émissions, lorsqu’on parle de culture, c’est uniquement avec un grand Q !

 

LE MONDE !

Le nouveau monde d’après !

Aujourd’hui, il fait très beau. La météo a annoncé ses prévisions annuelles en fonction des jours de repos et des horaires de travail des ouvriers pour les rendre plus productifs.

L’été commencera au début des congés payés pour se terminer avec l’ouverture des usines souterraines, une semaine après, sauf pour certains endroits de la terre où la température est constante et l’air sans pollution…… pour les élus qui peuvent le payer.

Nous sommes en janvier 2255, la température est de 39 degrés, les arbres ont disparu depuis la deuxième révolution écologique de 2100 où des fanatiques ont brûlé toutes les forêts pour empêcher leur exploitation par le plus grand groupe mondial de construction en bois, les pôles avaient disparu sous les couches de peintures successives de la troisième révolution écologique de 2175 qui les avait d’abord peint en noir pour lutter contre le racisme puis en rouge pour satisfaire les desideratas des antiracistes.

La première épuration mondiale s’était terminée par le bannissement de tous les américains qui avaient exploité les richesses indiennes et participé à la disparition des amérindiens, ce qui avait engendré une terrible famine en Europe, juste avant la suppression de tous les livres d’histoire et la disparition de tous les noms de pays pour empêcher ce genre de règlements de comptes tardifs, puisque certains extrémistes s’en étaient même pris aux premiers hommes accusés d’être les créateurs responsables de toutes les discriminations, ce qui avait amené la suppression de tous les prénoms remplacé par de simples lettres .

Il n’y avait plus d’animaux depuis la grande pandémie de 2202 transmise par le virus G666 qui avait transité par toutes les espèces animales pour infecter l’homme et éliminer, comme cette année là, presque tous les habitants de la planète…. sauf ceux qui habitaient dans ces endroits retirés et protégés et qui profitaient encore des richesses d’une mer artificielle non polluée, puisque toutes les autres étendues marines étaient devenues des déserts depuis le grand bouleversement climatique consécutif à la disparition des pôles .

Mais depuis le premier janvier 2250 toutes les couleurs qui pouvaient évoquer un signe de différence et donc de rejet, avaient été supprimées, et il avait été décidé, après une conférence mondiale, que tout devait être vert, comme le symbole de l’écologie devenu religion mondiale obligatoire sous peine de cessation immédiate de la vie et les savants avaient donc le rôle de colorer artificiellement avec cette teinte tous les enfants qui naissaient.

Certains avaient lu que dans les temps anciens, des barbares parlaient de chocolat, de petits noirs, et même de peuples aux couleurs différentes, symbole d’une terre anarchique et invivable, mais, ces mêmes livres introuvables de nos jours avaient été totalement détruits pour empêcher les citoyens de notre monde merveilleux, juste et égalitaire, de tomber dans la tentation de désobéir à la loi universelle décrétée par le grand commandeur, maître suprême de ce nouveau monde….. d’après  !

 

LE PASSE !

On ne peut pas jouer avec le passé !

En effet : » « Autres temps, autres mœurs, il ne faut pas jouer avec le feu. » Landru ou l’évêque Cauchon …….

C’est la réflexion de mon post……..

On peut se baser sur l’évolution du pêché mortel dans la religion catholique pour avoir une idée des fluctuations de ce qui était considéré comme une transgression des commandements.

Le début du racisme chrétien, c’est la transformation de jésus en homme barbu, grand aux yeux bleus et de type nordique….

Donc il faut réfléchir avant de s’en prendre au passé ! On avait pas du tout nos réflexions, et notre vécu, ce n’était pas le même contexte puisque l’étranger était celui qui habitait le village à côté et que, selon Hérodote, les barbares étaient ceux qui ne parlaient pas leur langue, et ce mot a été repris par les chrétiens pour désigner tout ce qui avait pu leur causer du tort en particulier, et à l’occident en général, cependant H .Michaux signalait que cette notion existait également en extrême orient puisqu’il se sentait comme un barbare, en Asie.

Déboulonner les statues est un geste gratuit, comme brûler la bible, taguer l’arc de triomphe, piétiner le drapeau américain ou détruire un symbole . On n’attaque pas le mal en profondeur .

L’enfer est toujours pavé de bonnes intentions, car on sait lorsque commencent ces règlements de comptes tardifs mais on ne connaît pas le chemin, ni la façon dont ils avancent .

Un exemple parmi beaucoup d’autres, les états-unis pourraient rechercher tous les descendants du général Lee pour les expulser et exclure tous les états confédérés du pays, Caroline, Mississippi, Floride, Alabama, Géorgie, Louisiane, Texas, Virginie, Arkansas, Tennessee, Caroline du nord, Arizona et Nouveau Mexique…… pour revisiter leur passé…et alors, est-ce que cela changerait quelque chose ?

La Russie s’est libérée du stalinisme, tardivement, sa statue a été détruite dans sa vile natale, le 25 juin 2010…… il est mort en 1953……… mais est-ce que cela a fait du bien aux presque 20 millions de morts dont il est responsable, et est ce que le pays en a retenu la leçon ?

Le passé est écrit, il nous reste le futur à écrire ……..O tempora, o mores !

 

GRAND SPECTACLE VIRTUEL !

C’est un film à grand spectacle avec effets spéciaux !

Un groupe d’adolescents s’éclate dans un grand salon en haut d’une tour avec une vue panoramique sur le paysage des alentours . Nous sommes bien sûr aux states…..la musique, les nanas, la boisson, les fumettes…..

Tout d’un coup, un grand bruit qui masque presque la sono, puis les murs tremblent, quelques lézardes zèbrent les cloisons, les fondations vacillent et soudain une explosion sur une colline en face et un nuage de fumée s’élève dans le ciel avec des projections de roches en fusion.

Des cris retentissent, et devant cette immense baie vitrée, écran vivant de l’actualité, tous se précipitent sur leur portable pour filmer….personne n’analyse le danger de la situation….on est comme dans un jeu virtuel…..

Maintenant, le ciel s’est presque assombri, la pluie de feu redouble…… et les filles s’agglutinent autour de la télé qui diffuse en direct live.

Tout est là, l’image réduite de notre société en accéléré …..

Plus personne ne regarde ce qui se passe, la réalité est remplacée par le virtuel, les yeux ne se font plus confiance, il faut une autre source pour justifier ce qu’on voit, on a besoin d’une confirmation, la télé devient la vérité authentifiée.

La vie a laissé la place au virtuel et certains vivent par procuration, leurs appareils les ont connectés…ce sont eux les machines ! 

Bon, le film, aussi, était un navet …….

LE BIEN ET LE MAL, LE MIEUX ET LE PIRE !

Le mieux peut-il engendrer le pire ?

Une petite histoire……….(novembre 1996, oubliée dans un dossier)

Le mieux est l’ennemi du bien, ou, Tout est relatif.

Anthropophage !

Une nuée de questions l’assaillait. Aussi parfaite qu’une civilisation puisse être, il y aura toujours un grain de sable pour faire apparaître de nouvelles interrogations, pour faire naître de nouveaux doutes, car plus l’homme tente de se rapprocher de l’infini en essayant de le comprendre, et plus cet infini devient inaccessible en lui montrant son insignifiance, car plus l’homme a l’impression d’être libre et plus il sent le poids des maillons de la chaîne qui l’attache à l’ignorance lui peser en lui faisant comprendre qu’il est, et qu’il sera toujours prisonnier de son corps, cette fragile enveloppe périssable, car la science, en répondant à l’une de ses questions lui en dévoile chaque fois de nouvelles, et plus il inventera des moyens pour aller plus vite et plus loin pour dominer son univers, et plus il s’apercevra des embûches parsemées sur le chemin qu’il doit parcourir, et chaque fois, reviendront toujours des questions éternelles sur son avenir et sur la recherche de la vérité.

La vérité ne sera sans doute pas celle que nous croyons, ni même celle que nous espérons peut être, et en ce cas, serons-nous capables de l’entendre, de l’accepter, et à fortiori de la comprendre ? La vérité n’est peut-être pas figée, ni immobile, mais pouvons nous seulement la voir au milieu des informations qui nous arrivent, si nous ne possédons pas la clef pour la déchiffrer ?

Anthropophage…un mot oublié, puisé dans le dictionnaire d’une vieille langue qu’ils avaient tuée pour mieux l’apprendre. Anthropophage…qui mange de la chair humaine, une vérité archéologique vérifiée dans de vieux traités, la possibilité mystique autrefois exploitée par de nombreuses religions pour transmettre à l’initié la force et les pouvoirs d’un dieu vénéré.

Humain, humaine…..propre à l’homme…..là était la vraie question, car que pouvait-on appeler homme, quelle était la vrai définition de ce mot ? Un être humain, capable du meilleur comme du pire, et souvent d’ailleurs, en même temps…..Il y avait eu des périodes fastes suivies de périodes catastrophiques où la fameuse horloge de l’apocalypse avait flirté avec le point de non retour, souvent au moment où on pensait toucher enfin au but, au moment où on pensait que les leçons du passé avaient été retenues, au moment où on croyait que l’homme était enfin devenu adulte, mais chaque fois de vieux démons resurgissaient du passé, réveillant les haines ancestrales en le faisaient reculer sur ce chemin de la liberté.

Elle était à l’intérieur d’une boîte rectangulaire, enfin cela en avait la forme, une boîte hermétique recouverte d’une sorte de dôme dont les points lumineux lui donnaient l’apparence d’un ciel étoilé qui se reflétait sur le sol recouvert d’un carrelage bicolore, aucun objet ne décorait les parois, seuls trois hublots opaques devaient sans doute permettre un accès pour des caméras ou des capteurs, aucun bruit ne filtrait, et la lumière intérieure tamisée empêchait de fournir une indication sur l’heure qu’il pouvait être, midi, ou minuit…..

Est-ce la lumière qui baissa, ou bien est-ce ses yeux qui s’affaiblirent, ou bien encore ses membres qui perdirent leur force en commençant à s’engourdir, mais elle sentit qu’elle perdait le contrôle de son physique, que son corps lui échappait, cependant son esprit demeurait conscient et pendant ce voyage de la téléportation, deux mots, anthropophage et humain, restaient bizarrement gravés en elle comme une cicatrice en lui rappelant sans cesse le début, là où tout avait commencé.

L’expérience précédent c’était fort mal passée, la fin n’avait pas été à la hauteur des espérances envisagées, peut-être parce que le début n’avait pas été suffisamment planifié, et il fut décidé de reprendre le programme en lui ajoutant les modifications apportées par la nouvelle génération des derniers ordinateurs.

Les chercheurs de têtes s’étaient mis au travail, compulsant, grâce à la rapidité de leurs outils, toutes les candidatures parvenues du fin fond de l’univers habité, connu et annexé, car l’appel avait été lancé jusqu’aux plus lointaines planètes.

Nous étions en poisson 3719 sur la planète mère Alga qui avait déjà conquis, depuis mille de ses années tout l’espace temps exploré depuis ses trois soleils et ses cinq lunes jusqu’aux septième barrières. Cette vénérable planète dominante avait imposé ses lois, sa philosophie et son éthique à tous les astres habités qui gravitaient auprès d’elle, ses colonisations successives étant matérialisées aléatoirement par des amas de planètes disposés comme des barrières en spirales ellipsoïdales à chaque annexion respective.

Dans cet immense empire, il ne restait plus rien d’inconnu, mais à partir de la septième barrière commençait l’univers inexploré, considéré comme une sorte de parc réservé pour toutes les expériences en cours ou futures, un espace interdit, un sanctuaire, un vivarium, un musée naturel interdit à toutes les interventions de profanes non accrédités.

Plusieurs millions de postulants, venus des dizaines de milliers de planètes que comptait l’empire, étaient des finalistes potentiels, mais au bout de quelques heures à peine le résultat indiquait comme lauréat, ironie du sort, peut- être, le numéro 666 en provenance du système solaire, septième barrière de l’ellipse ouest, planète d’origine terre, dite planète bleue, sexe féminin, du nom de Porte et de prénom Lucie, âgée de 33 années terrestres.

Les voyages inter-barrières étaient très rapides, la décomposition moléculaire qui pouvait déplacer chaque individu presque instantanément sur n’importe que point de l’univers avait relégué la vitesse de la lumière au rang d’antiquité et c’est donc ainsi que Lucie se présenta au bureau central de la Grande Opération De Fraternisation.

Depuis de nombreux siècles, grâce à la tolérance, alliée à une grande sagesse, les humains vivaient heureux. Il n’y avait plus de conflits, ni de guerres, et la facilité des déplacements et de la communication avait peu à peu donné naissance, à cause des brassages ethniques, à un un être de peau plutôt mate, aux cheveux foncés et de taille assez grande, et cette nouvelle population s’étendait sur tout l’univers.

Bien sûr tout ne s’était pas fait sans mal, il avait fallu vaincre toutes les peurs séculaires enfouies dans la mémoire biologique des racines humaines et vaincre les supériorités ataviques de certains peuples qui se comportaient comme les maîtres du monde, en affichant leur suffisance sur d’autres, mais on avait fini par comprendre que la chose importante n’était pas ce que l’on est mais ce que l’on allait devenir car le temps pouvant à chaque instant tout remettre en question, nous indiquait que c’était notre propre cheminement qui devenait important.

Qui avait crée Alga, quel était l’architecte qui avait posé la première pierre ?

« Ex nihilo nihil » comme il était écrit dans l’un de ces vieux livres, paroles d’un sage du passé vérifiées par les temps présents…..de rien, rien ne peut naître….. Il y avait autant d’arguments en faveur que contre l’existence de la possibilité d’un dieu, et les hommes avaient adoptés une position de liberté totale puisque les conceptions métaphysiques étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle des citoyens, et ils se refusaient donc à toutes affirmation dogmatique. Le développement des sciences avait fait reculer les maladies, et les humains pouvaient vivre très longtemps sans que les signes de vieillesse ne viennent dénaturer leur physique ni atteindre leur mental. Le travail pénible avait disparu car des machines perfectionnées apportaient le confort et le bien-être à chaque humain qui pouvait, enfin libéré des contraintes matérielles, s’adonner aux plaisirs du travail intellectuel, et, soulagé des corvées domestiques pénalisantes, il était devenu plus savant et plus réfléchi. Maintenant, on ne travaillait plus que pour le plaisir, pour une satisfaction propre à chacun, puisque la société lui assurait tout ce dont on avait besoin en nourriture et logement.

Grâce à la transmission de pensée tous les humains communiquaient entre eux en utilisant un ‘langage’ fait de symboles et d’idées, car on s’était rapidement aperçu que pour parler et enseigner il fallait d’abord écouter, puis ensuite emprunter le langage de l’autre en s’oubliant soi-même et que la partie la plus difficile était de traduire sa pensée au moyen de symboles et de paraboles plus facilement assimilables, ce qui favorisait le cheminement et la diffusion des idées.

L’esprit avait pris le dessus sur le matériel en transformant la vie quotidienne, les moyens de locomotion devenus obsolètes, avaient disparu puisqu’on pouvait se déplacer sur de courtes distances uniquement par la pensée, et de ce fait les villes et les paysages, débarrassés des pieuvres polluantes qu’étaient autrefois les routes et les autoroutes, ressemblaient à des havres de verdure. La médecine avait progressé sur des sentiers restés longtemps inexplorés et beaucoup de maladies et d’infirmités pouvaient être guéries par de simples mots.

La grande avancée avait été de considérer les animaux comme des êtres humains et donc intouchables, et toute l’humanité était devenu végétarienne en refusant d’utiliser leur chair à quelque fin que ce soit. La SPA avait disparu, en même temps que les dernières courses de chevaux et les dernières corridas.

Des usines cultivaient des légumes géants à croissance rapide, aux propriétés nutritives étonnantes car chacun pouvait y retrouver, en fonction de leur particularité, la texture et la saveur d’autres aliments qui ne s’utilisaient plus, ou avaient disparu.

 « Vous serez donc notre ambassadrice pour aller observer Quatra, la dernière planète de la galaxie verte. Vous avez été choisie et reconnue par nous comme une des nôtres, votre mission, si vous l’acceptez,sera d’apporter la vérité, la connaissance et la sagesse, grâce à votre science et votre humanisme, à cette planète, pour la faire évoluer plus facilement en vue de venir intégrer notre communauté dans les meilleurs conditions. Cette planète n’a pas été choisie au hasard, elle est en effet la dernière de l’ellipse ouest, dont nous ignorons encore tout, ou presque, nous savons qu’il y a de la vie à l’écoute des systèmes électro-thermo-sensitifs et que des formes d’intelligence se sont développées pour pouvoir créer un embryon d’évolution qui pourrait, nous le pensons, être assez avancé pour accepter un contact avec nous. 

Une expérience analogue avait déjà été tentée, il y a quelques siècles, sur votre planète d’origine pour en favoriser l’évolution philosophique en vue d ‘un contact ultérieur, mais nous avions été obligé d’y abandonner un de nos plus illustres explorateurs, un certain Rhésus, dont vous avez sans doute entendu parler, ou lu une biographie, certes un peu imagée, j’en conviens, par des témoins de cette époque qui en avaient même fait une sorte de légende, devenu pourtant historique pour certains illuminés plus portés sur la fiction que sur la réalité. Nous avions commis l’erreur de le faire ‘naître’ sur ce monde, mais pour effectuer son transfert retour nous avions eu besoin de plus de jours et son corps se volatilisa lors d’un incident assez fâcheux puisque le local qui devait servir à la téléportation, une grotte, choisie malheureusement à la hâte, n’était pas totalement hermétique, et donc, pour ne pas réitérer ce genre de manipulation, nous avons décidé d’envoyer un explorateur venu de l’extérieur.

Vous allez être envoyée près de la mer Dimerquatrane, sur le mont Janus, vous pourrez correspondre avec nous mentalement et vous pourrez utiliser toutes les facultés extrasensorielles mises à votre disposition…nos esprits vous accompagnent. »

Elle ferma les yeux pour se remémorer quelques principes du groupe d’explorateurs dont elle appartenait maintenant et qui constituait sa conduite et même sa philosophie :

«  Si tu cherches, sache que la perfection ici n’existe pas, il n’y a que la recherche de l’amélioration, beaucoup cherchent, sois la bienvenue, mais attend toi à souffrir car notre ennemi est puissant, il s’appelle le doute, et tel un serpent il n’attaque que celui qui le dérange, si tu passes outre, si ta lumière ne le gêne pas, cet adversaire tapis dans l’ombre, ne t’importunera pas, mais si tu t’approches de sa frontière,si ta clarté veut pénétrer les zones obscures de son domaine, alors il deviendra ton opposé et tentera de te mordre. Si tu penses que chercher est inutile, alors fais ce que tu veux puisqu’il n’y a pas de porte au bout de cet inconnu, puisqu’il n’y a pas d’espoir pour que germe la graine que tu as semée dans le ciment et que tu as construit ta vie avec le papier qui va te servir à brûler la trace de tes souvenirs, mais si tu espères autrement, alors continue de chercher, ne t’encombre pas des certitudes qui ne sont que des miroirs placés sur ta route pour te faire croire que tu es déjà un dieu en te renvoyant ta propre image satisfaite, sois toujours marquée de tes faiblesse car elles demeurent le réservoir des forces qui te poussent à avancer. »

Le bruit de plusieurs coups répétés la firent sortir de cette sorte de sommeil en résonnant dans sa tête et en lui indiquant que son travail d’exploration allait commencer. Elle émergea doucement de cette sorte de pénombre physique semblable à celle d’un retours d’évanouissement, comme lorsque le conscience revient, comme lorsqu’on revient à la vie, un peu comme si on venait d’enlever un bandeau qui masquait la vue. D’abord les yeux grands ouverts ne percent pas la pénombre, on regarde sans voir, on entend sans vraiment comprendre, il faut un moment pour tout coordonner car l’esprit n’est pas totalement en fonction, et une période d’adaptation est nécessaire.

Un point lumineux qui lui semblait loin, se mit à grandir jusqu’à l’éblouir, le premier souffle d’air lui brûla les poumons, ce qui eut pour effet de la ralentir avant de se lever et de partir, retenue par ce cocon protecteur, par cette sécurité relative, par cette chaleur bienfaitrice, mais elle savait qu’elle ne pouvait plus reculer, la distance d’abord, et ensuite, cette mission, pour laquelle elle avait été choisie, devait être accomplie puisqu’elle l’avait acceptée, et alors, machinalement, elle se murmurait comme un mantra les écrits de Y.Goringhel : « Vis ta vie comme tu l’entends, fais ce que tu crois en étant toujours en accord avec ta conscience sans tenir compte des dogmes d’une hypothétique religion. »

Le soleil était presque au zénith de cette nouvelle terre, un arc en ciel s’étirait sur l’horizon, Lucie, ses sens en éveil, écarquillait maintenant ses yeux pour profiter du spectacle. Cette planète verte semblait très belle, tout était calme, elle avança doucement pour se géolocaliser et pour sentir la matière sous ses pieds dont les capteurs lui fournissaient les nouvelles informations, mais ce qui semblait être un cri la fit se retourner, elle venait de marcher sur quelque chose qui semblait vivant…..

Une sorte de plainte s’échappa alors de sa bouche car son esprit venait de comprendre toutes les conséquences de cette situation grâce aux analyses de ses puissants capteurs…..

Levant alors ses yeux vers ce ciel imaginaire, unique témoin visuel de sa situation, comme pour implorer une aide lointaine venue d’en haut, et pour également communiquer mentalement avec l’esprit de ceux qui l’avaient envoyé….

Ce sont des légumes, les habitants, enfin, les humains de Quatra sont des légumes……

 

OVINS  OU BOVINS !


Société de moutons….. ou de bœufs !

Comme vous le savez, j’aime bien regarder les jeux à la télé……on y apprend toujours quelque chose, même si souvent les participants sont nuls ! Mais cela représente quand même une photo de notre société….

C’est une sorte de tirage au sort miraculeux, un mirage improbable, un miracle possible, le chemin d’un eldorado ou d’un pays de cocagne pour quelques naïfs qui croient à la puissance du hasard. Enfin, il faut passer le casting, il n’y en a pas…de hasard, et ceux qui sont chargés de le faire ont très bien compris les aspirations de tous ces gogos en puissance en ne construisant pas la sélection sur les éventuelles capacités intellectuelles mais sur le look des futurs candidats et sur leur aptitudes à évoquer un nombre de spectateurs qui serait vite lassés par des connaissances exclusivement cérébrales et ils axent donc tout sur une apparence particulière à la fois folklorique et originale ….le fameux look….. Continuer la lecture de OVINS  OU BOVINS ! 

CYCLE EN MARCHE !


Ça marche !

En revisitant les anciens posts et commentaires, au gré des replay, je me suis aperçu que j’avais omis de citer un troll, et un fameux, et je m’en excuse platement, en espérant son pardon.

C’était un habitué du forum d’UDPP, avec ses oiseaux râleurs, qui n’avaient pas de femme à importuner…. humour…….Et démonstration, encore une fois avérée, du schéma classique des métamorphoses d’un candidat, cette fois dans les interventions, à savoir que toute personne gentille et courtoise, par exemple, au début à Deauville, devient facilement bougonne si on est pas de son avis….un an plus tard à Rouen ….en utilisant les mêmes ficelles de défense que dans la série….critiquant sévèrement ce qu’elle avait encensé…..et devenant vulgaire et discourtoise pour justifier ses agressions limites.

Est-ce à dire que le DPP est la caricature de la comédie de la vie ?

Et que nous sommes les acteurs qui attendent le dessert …ou pas ?