UT ULTIMUM…. SUITE !

Chaque matin en me levant, chaque soir en fermant les yeux, je reste conscient de la chance qui m’a été donnée.

Profite du temps présent sans te soucier du lendemain ;  « carpe diem…. quam minimum credula postero » insiste sur l’instantanée d’une situation, il faudrait dire « sans faire confiance au lendemain. »

A la différence de Carpe Diem (littéralement ; cueille le jour), « Ut ultimum » insiste sur le fait de la brièveté et ajoute même une certitude «  Profite de cette journée, comme si c’était la dernière de ta vie, comme si tu devais mourir ce soir ! »

En extrapolant, cela veut dire, ne change rien à ta façon de vivre aujourd’hui, même si on te disait que tu allais mourir ce soir. C’est-à-dire, vis chaque jour pleinement, pour que tu n’aies rien à regretter, si cette vie venait à se dérégler.

Combien de fois, ai-je entendu certaines personnes dire qu’elles feraient telle ou telle chose si on leur annonçait qu’elles n’avaient plus qu’une semaine à vivre !

‘Ut ultimum’  implique alors, qu’on ne changerait rien, qu’on ne ferait rien de plus que ce que la journée nous apporte, parce que nous vivons chaque jour dans sa plénitude et que nous n’avons besoin de rien de plus !

Différent de l’épicurisme, on se satisfait des choses simples qui font que la vie, que nous avons choisie, que notre vie, nous satisfait telle qu’elle est !

Parce que, si on me donnait la possibilité de changer, je signerais des deux mains pour ne rien modifier.  Exaucer ses rêves, c’est reussir sa vie. Les miens n’étaient pas trop extraordinaires mais chaque jour je les vis, eveillé, et je me dis que j’ai de la chance !

17 réflexions au sujet de « UT ULTIMUM…. SUITE ! »

  1. Carpe diem ou ut ultimum…

    comme tu as raison, et comme tu le dis bien cher Riton, osons vivre nos rêves autant qu’on le peut.
    Quelle belle façon de commencer cette année.
    Merci et bisous

  2. carpe diem!

    C’était ma formule jusqu’à ce jour!

    et j’avais donné ce sens,en le prononçant:
     » profite de ta journée comme si tu devais mourir ce soir! »

    Même si la journée commençait sous de mauvais auspices ( le quotidien…pas toujours rose) je me disais en respirant un bon coup: »carpe diem » si bien que cette devise est en exergue dans ma cuisine..
    .la cuisine: un haut lieu pour mettre en pratique certaine formule en dehors des recettes de cuisine….
    De ce pas, je vais ajouter à la suite « ut ultimum » merci Riton pour l’explication

    Mais « Carpe Diem » avait été tellement bien expliqué dans le film:  » Le cercle des poètes disparus »

  3. je me souviens …

    …avec un certain effroi de mon 1er cours de latin.
    La prof expliqua à notre classe de 5eme le fameux :

    Vulnerant omnes, ultima necat (*)

    J’avais eu de tels frissons dans le dos que je me souviens de cette locution par coeur une trentaine d’années plus tard !

    (*) =

  4. le cercle des poètes disparus

    Quel film !
    « Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain
    Cueilllez dès aujourd’hui les roses de la vie. »
    « oh capitaine, mon capitaine »
    Sorti en 1990…au 20ème siècle…putain ça nous rajeunit pas !!!

  5. @Ln

    « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie »
    Tiré d’un poëme de Ronsard « Sonnets pour Hélène » (car il était pressé de se la faire).

    Entre nous, regrettes-tu Ln de lui avoir résisté ? lol

  6. J’ai un blème avec le carpe diem

    Comment faites-vous pour saisir l’instant présent et en profiter pleinement? Chez moi, il fuit au fur et à mesure que je tape mon texte.
    Ce qui me dérange dans le Carpe Diem, c’est la répudiation du passé et de l’avenir…pour nous préserver essentiellement des regrets et de l’angoisse de l’inconnu… Je comprends le Carpe Diem comme une vie végétative ou purement instinctive sans mémoire et sans désir.
    Peut-être pouvez-vous m’éclairer davantage ?

    En ce qui concerne le Ut Ultimum, il me parait complètement différent. Je ne suis pas sûre de l’avoir bien compris:
    Le Ut ultimum ne renierait ni le passé, ni l’avenir. Il encouragerait à agir dans le présent de manière à ne pas avoir de regret et à assumer le passé ainsi qu’à réaliser ses rêves.

    Le carpe diem serait de l’ordre de l’inertie et le Ut Ultimum de l’action.

    Ai-je bien compris?

    Peut-être peuvent-ils être complémentaires à la manière du Yin et du Yang …

  7. Latin…

    … En lisant tous ces messages, je me dis que le jour qui sera notre dernier, nous ne serons peut-être pas en état d’en « profiter »…,sauf à mourir de rire, ou en dormant.

    Je suis un peu dérangée aussi par le « carpe diem », pour la même raison que cet abbé mystérieux qui nous fait l’honneur d’une sainte visite.

    Je suis ainsi faite que quand je me sens bien, je pense que ça ne va pas durer, que toute bonne nouvelle sera automatiquement suivie d’une mauvaise. Théorie lamentable qui hélas se vérifie plus que souvent chez moi.

    Comme vous le voyez, je commence l’année en beauté.

  8. Bonne année….

    Bonjour Riton et bonjour les fidèles, les accros, les mordus, les aficionados, les passants, les curieux d’ici….
    Il n’est pas encore trop tard pour vous souhaitez une année, tout simplement belle, belle, belle, comme l’amour…..
    Oui pour Carpe diem.
    Je vous embrasse .

  9. oubli

    j’ai oublié de préciser que la recette du cheese-cake, demandée par certaines gourmandes, sera écrite ici, avec la permission de Riton, cette semaine. Merci….

  10. 2010 .. encore un peu …

    « Sachons déjouer les pièges de la vie »

    Parmi les voeux que j’au reçu, c’est ceux qui m’ont le plus touchée et j’aimerai les partager avec ceux d’ici qui ont connu des jours meilleurs.

    Pour ne pas décrocher

    BOnne journée à tous

    Kenavo

Laisser un commentaire