ILS ME SOÛLENT !

Tous ces sportifs pipoles me soûlent !

Ils viennent bouffer dans les gamelles de l’audimat sans vergogne.

Putain, ils se sont gavés en jouant et maintenant ils continuent de mendier leur ration dans les émissions de télé.

Tout est bon, des emplois bouche trou, des faire-valoir, des sandwiches, des figurations, des potiches, pour continuer à se présenter à la cantine des pipoles en manque de notoriété.

Ça me soûle, ça m’énerve, tout ce copinage….. cire mes godasses que je te passe la pommade……

Ces tennismen qui se gavent de choco, ces nageurs et ces judokas qui roulent pour des pubs ou des émissions taillées sur mesure pour leur QI de cigale.

Et pour d’autres, on fait d’autres émissions aux titres redondants où ils sont trimbalées gratos dans des pays exotiques pour voir des populations endémiques vivre de ce qu’ils jettent chez eux, en essuyant quelques larmes tout en donnant même des leçons !

Et merde, on les recase alors qu’ils n’en ont pas besoin, ça m’énerve ça me soûle, ça suffit !

C’était celui du jeudi 29 août.

2 réflexions au sujet de « ILS ME SOÛLENT ! »

  1. Intéressante cette diatribe sur les « nantis » du sport. C’est vrai qu’avec ce qu’ils gagnent, ils n’ont pas vraiment besoin de « travailler » pour ces marques. Hélas, leur notoriété est telle que lesdites marques font du profit alors que d’autres, qui ont bien davantage besoin de travailler, sont négligés. Peu importe les besoins puisqu’il suffit d’être connu pour empocher davantage et sans trop se fatiguer. Notre monde marche sur sa propre tête, c’est d’une déliquescence déplorable. L’argent appelle l’argent ai-je souvent entendu dire. Apparemment les pessimistes qui professaient ce propos avaient raison : aujourd’hui, plus que jamais, seules les têtes connues pour leurs « exploits » sportifs occupent des emplois superfétatoires. Et pendant ce temps-là, il y a la misère ailleurs. Pas étonnant que la gronde populaire ne fasse pas relâche.

Laisser un commentaire