LE DIMANCHE !

Le dimanche, jour des saigneurs !

Ouverture des supermarchés le dimanche.

Ouverture 24 h sur 24, et sans caissière ..

Il n’y a plus rien à faire .

Les grandes surfaces avaient déjà ouvert le dimanche matin en se foutant totalement des manifestations….. alors ….on se rappelle celles contre un mac Do, avec J. Bové en tête, aujourd’hui, on constate que les jeunes veulent se passer des espèces au profit des diverses cartes de crédit ‘fliqueuses’…..

Alors les fautes en incombent peut être à ceux qui manifestent aujourd’hui .

Si elles ont ouvert le dimanche c’est qu’il y avait des clients et il y en aura de la même manière avec ces nouvelles dispositions.

Le vers était dans le fruit, nous nous sommes nous-mêmes enfoncé le clou de la facilité en ayant abandonné les petits commerces qui maintenaient une certaine concurrence .

Maintenant ce sont les distributeurs qui dictent leur loi et nous devons subir de gré ou de force car ceux qui réfléchissent n’ont pas la majorité !

De tous temps les machines ont fait reculer le travail des hommes qui ont du s’adapter en cherchant de nouvelles ouvertures commerciales, mais les robots avancent sans se fatiguer, toujours plus nombreux et toujours plus perfectionnés et plus performants !

Alors maintenant on peut se passer des hommes et des femmes qui refusent de travailler le dimanche ……

Putain, je me demande si Terminator est vraiment de la science fiction !

 C’était celui du mercredi 28 août. 

Une réflexion au sujet de « LE DIMANCHE ! »

  1. Ah oui, l’ouverture du dimanche… Une drôle de décision quand on sait que les petites villes se meurent par la faute des grandes enseignes. Apparemment, on ne revient pas sur cette décision, mais on veut interdire les plates-formes marchandes à la périphérie des grandes villes. Tiens donc ! Un rétropédalage absurde : les gens, à moins d’être très vieux et sans moyen de transport, n’ont plus la possibilité de se ravitailler sauf bénévolat. Décidément, nous n’avons que des gouvernements qui pilotent à vue dans un océan de bêtise. Le petit commerçant existe encore dans les grandes villes, ce qui signifie que les grandes surfaces sont un choix qui n’est que la sensation de dépenser moins de fric. Or, c’est tout le contraire : qui ne s’est pas laissé piéger par des achats inutiles au prétexte que la sensation éprouvée par le chaland était la sensation de faire des économies tout en achetant du superflu ?
    Comment relancer l’activité quand on entend dire que le travail humain est destiné à mourir ?

Laisser un commentaire