LE DEVOIR ET LE DROIT !

Le droit est lié au devoir !

On ne peut pas demander plus que ce que l’on refuse de faire en retour.

Nous vivons dans une société bâtie sur un fragile équilibre entre la tolérance et la liberté. Chacun sait que notre liberté finit où commence celle des autres et que nous sommes toujours l’autre d’un autre.

Un des ciments de notre société est le civisme qui permet à chacun de pouvoir vivre plus facilement avec les autres puisqu’il mène à l’acceptation des différences de chaque membre de cette société, en admettant les règles communes.

Si volontairement nous n’apportons rien à cette société nous ne pouvons pas lui réclamer nos droits, si on n’en accepte pas les règles on ne peut pas bénéficier de ses avantages …ce doit être du donnant-donnant.

Certains réclament de la tolérance alors qu’ils ne veulent rien céder de leur façon de vivre qui va à l’encontre de celle des autres.

La majorité et la minorité doivent respecter la loi commune sinon le communautarisme fait son nid dans l’unité en la fragilisant. Les coutumes et les religions ne doivent pas empiéter sur la vie en commun …c’est la liberté-égalité, essentielle avec la fraternité qui vient tout modérer, en principe.

Le civisme est un acte moral édifié sur le respect et le dévouement de chaque citoyen pour la collectivité. Il implique donc la connaissance des droits et des devoirs de chaque citoyen. Il faudrait donc insister sur les devoirs qui sont bafoués de nos jours soi par la méconnaissance découlant de l’ignorance soi par une décision s’appuyant sur la provocation ou sur une volonté réfléchie.

En ce moment nous assistons à une montée de l’incivisme dans tous les domaines, du respect des institutions, des règles sociales, de la loi…..

Cependant force est de constater le certain laxisme de la justice et la banalisation de certains délits peut-être pour réduire les taux déclarés de la délinquance, mais en favorisant la montée en flèche du sentiment d’impunité et de ce laisser-faire qui accélère la récidive et l’augmentation des désobéissances civiques.

Par exemple la laïcité à l’école est menacée, d’une part par le voile, j’en ai déjà parlé et ensuite sur certains sujets dont la discussion est souvent interdite par l’islam. Les écrits de Voltaire sont contestés, l’éducation physique est remise en question et le mot Shoah est refusé….

La loi du 15 mars 2004 est claire (Les signes et tenues qui sont interdits sont ceux dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse tels que le voile islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive. Les convictions religieuses des élèves ne leur donnent pas le droit de s’opposer à un enseignement. On ne peut admettre par exemple que certains élèves prétendent, au nom de considérations religieuses ou autres, contester le droit d’un professeur, parce que c’est un homme ou une femme.)

Mais en vérité, on ne fait rien devant la montée de ces provocations …on parle, on parle….c’est tout ….le voile, le qamis et l’abaya sont également interdits à l’école….mais on se laisse déborder….on discute au lieu de sanctionner  et on laisse les profs seuls face aux menaces ..inadmissible.

Aujourd’hui on se fout des devoirs et l’individualisme augmente, mais on exige toujours plus en mettant en exergue ses droits et en oubliant la société.

Dans un premier temps, il faudrait donc prévenir, mais ensuite les sanctions devraient être plus fermes pour stopper toutes escalades excessives et inarrêtables. N’en déplaise à certains, il faudrait même penser à justement supprimer certains avantages à ceux qui refusent d’accepter ces préceptes de la laïcité qui n’est pas le refus des religions mais l’obligation pour une religion d’accepter la croyance des autres et même l’athéisme de certains. On ne peut plus continuer de donner à ceux qui ne respectent pas leurs engagements, on ne peut plus agir comme si nous étions dans un monde de bisounours !

Laisser un commentaire