LA CAMPAGNE !

Retour à la campagne !

Une nouvelle mode, une nouvelle façon de vivre pour une nouvelle génération de bobos friqués qui veulent changer leur vie en se rapprochant de cette nature qu’ils avaient ignorée et bien saccagée jusqu’à présent en profitant des avantages que leur octroyait cette facilité de vivre avec résidence secondaire, argent de leurs parents, boulots sinécures et voyages avec ces avions dont ils viennent de s’apercevoir qu’ils polluaient comme leur grosses voitures.

Cependant, ils migrent dans ces derniers oasis avec dans leurs bagages tout leur attirail atavique et ils vont donc détruire ce qui était en place pour le remplacer par leurs valeurs.

La terre agricole est enfouie sous leur nouvelle maison, l’eau ne sert plus pour les animaux mais pour alimenter les piscines, les tondeuses et les chiens ont fait fuir les vaches et les poules et si on les laissent faire ils vont même supprimer les clochers et leur bruit infernal aux heures où ils se reposent, pardon, où ils méditent, pour les remplacer par des antennes pour leurs portables ou leurs ordis pour enfin capter d’autres médias, car dans ces putains de trous arriérés on est isolé de tout. Ils veulent une sorte de retraite pour s’épanouir dans une recherche transcendantale propice à écouter pousser l’herbe de leur futur terrain de golf. 

Bref, ils ont acheté des terres agricoles et ont fui la ville et ses tracas et ses bruits pour la reconstruire à la campagne !

4 réflexions au sujet de « LA CAMPAGNE ! »

  1. Ta dernière phrase est un bon résumé. Il y a quelques années de nouveaux arrivants, parisiens pour la plupart, étaient allés se plaindre à la mairie à cause des oiseaux qui les réveillaient à 6h du matin. Le maire avait simplement conseillé de retourner d’où ils venaient. Ils viennent en s’imaginant que la campagne c’est le silence.

  2. Ça ressemble un peu à une caricature. Les néo ruraux ne feront pas pire que les paysans qui ont ravagé la campagne à coup de néonicotinoïdes et de saloperies chimiques depuis plusieurs décennies, qui ont défoncé les haies et les talus au bulldozer pour faciliter le passage des tracteurs géants en détruisant au passage toute la biodiversité, insectes, oiseaux et petits mammifères. Les arbres on été déracinés pour laisser place à des champs de maïs à perte de vue. Le paysage est pollué par d’énormes silos disgracieux. Le monde rural a été formaté selon les délires productivistes de la FNSEA et du lobby agro-alimentaire. Ces nouveaux arrivants permettront au moins de sauvegarder les derniers commerces dans les petits villages, empêcheront peut-être la fermetures d’écoles et apporteront un peu de bon sens écologique dans un monde qui en a bien besoin…

    1. Je suis entièrement de ton avis Jean Marc ! Les maires de ces petites communes sont bien heureux d’avoir du sang neuf pour redonner vie à leur village moribond. Et ce sont bien les paysans qui ont comblé les mares, essartés les bocages, polluer les eaux à grand renfort de nitrate ou glyphosate et autres saletés ! Mais oui, la vie actuelle exige d’avoir une connexion internet et autres commodités.

      1. C’est vrai que ceux qui disposent d’une résidence secondaire ont fui les grandes villes. Ce n’est pas pour autant qu’ils protègent la nature, ils ne voient que leur propre intérêt. Quant aux paysans auxquels on a bourré le crâne, ils participent également à la destruction de la nature. Notre siècle semble signifier que tout doit être transformé aux idées qu’en ont les hommes. Les écolos échappent-ils à cette perfidie ?

Laisser un commentaire