LA CAMPAGNE !

Les parisiens ont découvert la campagne !

Pendant le confinement ils ont fui à la campagne. L’air y est plus pur et ils ont constaté qu’au delà de Paris existaient également des terres habitées.

Des terres habitées avec des odeurs sauvages de plantes et de fleurs inconnues pour ces barbares venus se ressourcer hors de leurs remparts égoïstes .

Maintenant ils veulent se délocaliser et profiter de ce temps retrouvé. Ils vont y apporter leur chien, râler parce que les coqs se lèvent avant leur grasse matinée, rouspéter parce que les cloches sont ponctuelles et tondre leur gazon avec leur machine connectées, même le dimanche pendant la messe et se demander pourquoi les ploucs autochtones n’ont pas plus de débit pour leur boulot télé .

Putain, alors ils vont reconstruire une ville à la campagne !

6 réflexions au sujet de « LA CAMPAGNE ! »

  1. Ils ont déjà coloniser Bordeaux ces nuisibles parce que la qualité de vie est super. Et ils sont aussi à la campagne et râlent parce que les oiseaux chantent dès le point du jour, Certains sont même aller se plaindre à la mairie et se sont fait jeter. Ils croient que la campagne c’est le temple du silence. Et les bruits du métro aérien c’est mieux que les oiseaux. Devinez qui sont les vrais ploucs ? Et ils ont débarqué pendant l’épidémie et….se sont rués sur les plages, résultat : on les a interdites d’accès. C’est sioux !

    1. Oui Françoise. Ici, dans le Morbihan, les « Parisiens » sont les Bretons partis travailler ailleurs et qui ont conservé une maison de famille. Ce ne sont pas des citoyens « hors sol », ils paient des impôts locaux et participent à la vie des communes…

      1. Merci Jean Marc de ramener un peu de bon sens !
        Personnellement je ne suis pas concernée puisque nous avons quitté notre maison du Morbihan justement, pour reprendre la route vers Paris dans la nuit du 16 au 17 mars, (alors que nous étions arrivés le 14 au soir !) sur le conseil de nos enfants qui préféraient que l’on soient confinés en région parisienne, près de chez eux.
        Les parisiens ont toujours bons dos, c’est bien connu, un ramassis d’abrutis et de malfaisants !
        Quant à salir les plages et les campagnes, les « locaux » ne les attendent pas, ils s’en chargent également !
        Je suis abonnée à Ouest France et au Telegramme, les faits divers aujourd’hui valent largement ce que l’on peut vivre en région parisienne !

  2. 65% des « Parisiens » sont des provinciaux qui étudient ou travaillent en Ile de France et dans les grandes villes. Ils n’ignorent rien des régions dont ils sont issus et où ils avaient prévu de revenir à la fin de leurs études ou de leurs contrats de travail. Ils n’en ont pas moins subi un déferlement de haine de la part de ceux qui n’avaient pas quitté leurs départements et ont même été accusés de véhiculer la Covid dans nos belles provinces (ce qui a été démenti par les études cliniques). Le peuple a besoin d’ennemis et de cibles à haïr. Heureusement qu’un lâché de Tchétchènes en plein milieu de la Bourgogne est venu opportunément occuper les esprits pour quelques temps…

  3. Ah ces « étrangers » au territoire qui ne viennent généralement qu’en touristes… Pour une fois qu’ils découvrent les avantages de la campagne, on ne va pas les blâmer. Après tout, leurs « visites » ou courts séjours, pour peu qu’il achètent local, ne font pas de mal au commerce. Et puis, cela permet de faire revivre le village, ça met de l’animation et cela permet aux commères et compères de discutailler dans leur dos, de critiquer, voire davantage, tous leurs faits et gestes. J’ai longtemps vécu dans une petite ville où ça commentait tous les jeunes. Et c’étaient les vieilles qui étaient les plus hargneuses. Surtout vis-à-vis des filles dont elles pensaient qu’elles n’étaient que des gourgandines (elles suivaient la mode, comme toute la jeunesse de quelque époque ce soit)… L’horreur absolue de mon point de vue.

Laisser un commentaire