LE POMPIER !

Le feu et le pompier !

Dimanche c’était la fête du travail.

Des gens manifestaient dans les rues, on ne saura jamais si c’était parce qu’ils en voulaient ou s’ils le détestaient….

Pour enjoliver ces défilés, l’habitude est de faire des feux de joie le long du parcours pour qu’il devienne plus festif.

Çà et là en fonction du matériel glané, on empile des poubelles et des pneus éventuellement quelques boites à lettres, des palettes esseulées, et hop, la gaité est là, la manif peut même devenir chenille si la musique est lancée.

Un pompier qui devait faire du zèle, au lieu de rester chez lui et boire des bières avec ses copains en regardant les défilés, n’écoutant que son amour du travail, sortit sa lance et commença par s’attaquer au feu qui s’étendait.

Une manifestante qui vaquait dans ce même coin, sans doute amoureuse des effets pyrotechniques, attirée par les structures atypiques qui flambaient en dégageant dans le ciel des nuages artistiques eut sans doute un orgasme à la vue de ce spectacle de rue féérique.

Mais quel est donc ce sale béotien de Thessalie qui avec sa trompe dégoulinante est en train de me priver de mon dernier spasme dominical se dit elle en revenant à la réalité ?  Alors la vue brouillée par la fumée et les vapeurs toxiques du plastique qui l’excitaient elle se dirigea sans faiblir vers cette espèce de gougeât endimanché, ce fayot du boulot même pas syndiqué qui lui ôtait les derniers souvenirs d’une étreinte lubrique près d’un feu de cheminée en attendant que le père noël impudique lui proposa de voir son petit jésus enflammé qui commençait tout seul à se consumer, déchainée en pensant à ce coitus interruptus elle se jeta sur le soldat du feu qui dans un premier temps resta coi, puis oubliant toute retenue se mit à frapper ce fonctionnaire sans défense qui ne pensait qu’à travailler.  Elle s’accrochait à lui telle une sangsue goulue tentant de lui arracher ce tuyau qui entre ses jambes pendait et voyant qu’il refusait toute approche se mis à le frapper de toutes ses forces pour l’empêcher d’éteindre ce feu qui la consumait aussi.

Il y a de plus en plus d’agressions de pompiers. Serait-ce dû au nom de la profession ou ne serait-ce pas plutôt une montée du fétichisme dans notre population ?

Drôle façon de l’allumer…Ce n’est pas parce qu’on a le feu au cul qu’on doit agresser un pompier…il y a des boutiques spécialisées dans la location de costumes !

Laisser un commentaire