L’ESCALIER !

Théorie ou esprit de l’escalier !

Ou, l’absurdie appliquée …..

Ce matin, il me fallait un outil et je voulais aller chez bricoflex pour faire un clin d’œil à ‘Scène de ménage’, une série de la Six, assez drôle, sur la vie de couples, qui hume l’observation et le vécu, mais je n’ai pas trouvé cette boutique, comme ma femme me dit souvent que je ne trouverai pas d’eau à la mer, je suis donc allé chez une autre enseigne dont je parle souvent à cause de ses philosophes échappés du bar du commerce.

Après un parcours du combattant pour éviter à tout un chacun de respirer l’air du contaminé adverse, j’ai trouvé l’objet de ma convoitise grâce au troisième préposé conseilleur qui m’a indiqué le fameux rayon correspondant à ma recherche, non, je ne parle plus de la fameuse eau salée, mais d’un outil totalement inoffensif au nom barbare dont vous-vous foutez sans doute totalement .

Une halte interminable à l’unique caisse ouverte, là rien n’est changé, c’est comme d’habitude, et je me fais un plaisir incommensurable de répéter la bible des grandes surfaces qui est la même, revisitée, de celle des péages autoroutiers, on achète, ou on roule, rapidement, et on fait la queue interminable aux caisses…bouchonnées…..ensuite reprise du chemin balisé de ronds et de cercles colorés, en ce moment on adooore les couleurs et les traits sur le sol,  pour accéder à la sortie située sur le toit, ce qui nécessite la passage par un ascenseur menant au paradis des confinés libérés.

Mais avant de franchir la ligne de démarquement, en passant par une nouvelle queue avec barrière sociale, je déteste ce mot, on dirait une sorte de tri entre les différences humaines, les pauvres attendent et les riches se font livrer, un panneau indique que le nombre d’élus ne peut pas dépasser le chiffre trois.

J’appartiens enfin au groupe des trois derniers…… lorsque je pénètre dans le saint des saints après avoir relu pour la vingt troisième fois le mode d’emploi de l’objet acheté, il faut passer le temps, une dame avec son chariot bondé se présente pour y entrer également……

Problème arithmétique, religieux et sémantique ou plus selon affinité improbable.

Sans aucun problème, la cage de survie faisant environ trois mètres sur deux,  je fais donc signe à cette dame d’entrer, mais un des prétendants au passage m’indique qu’il y a une règle écrite sur la table de la loi de cette cathédrale pour bricoleurs.

Alors, je ne sais pas ce qui s’est passé, mais je me suis engagé dans une explication théologique et philosophique façon ‘rubriàbrac gotlibienne’…… les initiés et les BDphiles me comprendront……

J’ai tenté de leur expliquer, avec diverses références ‘pilotées’ par mon esprit iconoclaste, message codé, que la cage d’ascenseur était rectangulaire, et que si chaque postulant à l’étage supérieur se trouvait dans un angle, les risques de rupture des fameuses barrières n’étaient pas plus importants que dans une partie triangulaire et qu’il fallait tout relativiser, surtout avec un masque, une visière, des gants et une cagoule, mais au moment où j’entrais dans la phase finale de ma démonstration magistrale, la dame était déjà partie par les escaliers……

Nous venons d’assister à la vérification indiscutable de ce qu’il ne faut pas faire pour tenter une démonstration de cette thèse de l’escalier, et que donc, souvent, il vaut mieux se casser, en ensuite réfléchir à ce qu’on aurait voulu dire et en particulier à ce qu’on a pas dit …surtout en  comprenant, un peu tard, que personne n’avait assimilé un traite mot de ce laïus magnifique !

 

3 réflexions au sujet de « L’ESCALIER ! »

  1. Dans une situation analogue, j’ai fait mienne la célèbre phrase d’Audiard « je ne parle pas aux c.. , ça les instruit »

  2. C’est triste d’être incompris. mais aussi, que veux-tu, la dame en question, peut-être que ta démonstration l’a tellement horripilée qu’elle a préféré prendre la tangente (pardon, les escaliers) afin de ne pas ouïr tes réflexions philosophiques….

Laisser un commentaire