LA VACHE QUI RIT !

Le théorème de la boîte de la vache qui rit !

Considérons la boîte classique du fromage de la vache qui rit . Je comprends d’ailleurs son sourire, c’est le pavé dans la marre de la philosophie et de la physique quantique.

L’image est très simple, mais attardons nous sur les boucles d’oreilles. Elles sont une reproduction de la boîte et donc projettent à l’infini son image.

Nous pouvons déjà avoir une vague idée de l’infini et nous pouvons même imaginer la controverse de l’œuf et de la poule et même toucher le sublime en extrapolant sur le déluge, en tentant d’imaginer ce qu’a fait Noé, mais c’est une autre histoire car nous tutoyons à ce moment là le sacré……et je ne voudrais pas de nouveau me risquer au blasphème….la vache.

Nous touchons au merveilleux et nous approchons de l’idée selon laquelle il n’y a pas de commencement possible puisque à chaque image tout est remis en question et tout recommence. Sans hésiter, je plonge dans le paradoxe de Zénon….amis de la culture, bonjour, vous aussi, il n’y a pas de hasard….la flèche qui rejoint Planck…..

Mais reste un problème essentiel : qui a dessiné la vache ? Et à cet instant précis, le néant nous guette .

Nous revenons au départ de la création : qui peut avoir crée dieu ? Un autre dieu ? Une autre boîte ?

Mais je ne pense pas qu’il soit celui qui a dessiné la boîte de fromages…….

Toutes les suppositions restent ouvertes, mais je n’ai pas dit possibles, alors dans le théorème de la vache qui rit, nous ne sommes que l’emballage !

Laisser un commentaire