LA VIE !

La vie déconfinée !

Ce matin, il faisait beau et je suis allé aider ma femme à faire les courses, je suis un excellent pousseur de caddy. Pas trop de monde, masques obligatoires. Circulation fluide.

Soudain un choc à l’arrière, heureusement ma chaussure a protégé mon talon, sinon j’étais Achille…..une femme d’un certain âge certainement échappée d’un hepad, voulant sans doute semer ses poursuivants, sans s’excuser, slalome, enclenche la vitesse supérieure et me dépasse par la droite en me gratifiant d’une queue de poisson surprise. Juste le temps de reprendre ma respiration et je dois subitement freiner car elle vient de tomber en arrêt devant des barquettes de fraises comme un chien qui a senti la merde fraîche d’un touriste. Naturellement son chariot est resté en travers du passage et je dois gentiment le pousser pour dégager le mien. Un regard assassin me transperce et je sens ses yeux inquisiteurs regarder mes mains dénudées, mais, totalement absorbée par sa fouille méthodique des barquettes, en les soupesant et en choisissant sans doute les plus grosses, elle a déjà oublié de me lancer une remarque désobligeante. Machinalement je regarde la provenance de son choix et je ne peux m’empêcher de rire intérieurement, tout en lui balançant un regard ironique et en espérant une réflexion de sa part qui pourrait engager un débat intéressant. Mais elle s’empare rapidement de ses fraises d’Espagne en croyant sans doute que j’en veux à son butin et file vers les framboises de la même provenance.

Putain, j’accélère pour éviter un accrochage verbal plus polémique qui pourrait pourtant me procurer une satisfaction sémantique. Mais je suis d’une bonne humeur inébranlable, enfin, c’est une façon de parler, sans doute grâce à la sainte du treize….reste raide…désolé …

Tout le monde est masqué, mais comme le nom de la boîte commence par ‘Li’ et fini par ‘dl’, cela n’a rien de très orgastique, et toutes les caisses sont ouvertes enfin rouge, jaune et bleu, ce sont les couleurs de l’enseigne, il y a des marques au sol, la longueur des chariot doit suffire, les files se résorbent rapidement et je regarde la sortie avec envie car avec la chaleur le masque commence à m’emmerder, c’est le mot, et surtout, dès qu’on vous dit qu’il ne faut pas porter vos doigts sur la figure, votre nez ou vos paupières commencent sérieusement à vous gratter, et donc, sitôt la porte franchie, je l’ôte rapidement et presque rageusement. …mon masque artisanal.

En marchant je me demande comment font toutes ces femmes masquées toute l’année pour le supporter, la voiture n’est pas très loin heureusement, mais en accélérant mon pas, je frôle le chariot d’une dame en train de fumer…je parle de cigarette, et je l’entends me jeter un commentaire discourtois sur ma tenue, poursuivant avec la citation d’un passage éducatif  sur la distanciation et terminant par une tirade comique et imagée sur les gestes barrières.

Putain, ce n’était pas mon jour, je la regarde de haut en bas, enfin de gauche à droite, on dirait la cheminée d’un cargo de containers, elle s’est arrêtée et me toise avec l’espoir d’une excuse…..elle est en train de faire pisser son caddie en tirant sur une clope avant de polluer l’intérieur de sa caisse.

Je suis consterné, mais curieusement calme, la présence de ma femme y est sûrement pour quelque chose, alors je sors mon sourire sarcastique, un petit silence inquisiteur, et avant de tourner mes talons qui avaient été épargnés, je lui lance une réponse façon citation philosophique en soulignant que c’est son droit de préférer mourir d’un cancer du poumon plutôt que de risquer d’attraper le covid et que si elle s’astreignait à des conseils ça ferait du bien à la planète  !

Le temps se couvre on a annoncé la pluie….. déconfiné… mais déconfit !

 

Une réflexion au sujet de « LA VIE ! »

  1. Certaines femmes, quand elles y mettent beaucoup de bonne volonté, savent être de parfaites enquiquineuses. Celle que tu évoques est de cette race : « je suis moi, je sais ce que je vaux et je vous emmerde… » Ou bien, « Poussez-vous que je m’y mette ». Ou alors, « Vous pourriez pas faire attention… ! ». Eh oui, parfaitement irresponsables et odieuses…

    PS : très agaçant WordPress qui a le toupet de modifier l’apparence de mon nom et de mon blog. C’est quoi cette manie ? C’est le confinement prolongé qui les a décidés à ces privautés insupportables ?

Laisser un commentaire