LES ROUSTONS !

La pub des roustons symbolisés !

Je vais vous faire une étude de texte et de symbolismes cachés, enfin à peine…..

Epilation testiculaire…

La vidéo commence avec une sorte de musique sifflée du plus bel effet foireux et même ridicule…ça doit rimer avec testicule. Deux ballons roses volent dans un ciel sur un fond marin en se frottant à la végétation, la promenade continue et maintenant c’est un paysage de montagnes, ces ballons qui ressemblent à une paire de fesses se posent délicatement sur l’eau d’un lac, ou d’une rivière, apparait un feu de bois, sans doute pour faire joli, auprès duquel ils ont l’air de se chauffer, un papillon descend entre les arbres qui masquent un coucher de soleil, et se pose délicatement sur un des deux, puis les ballons continuent leur route toujours accompagnés par ce sifflement qui commence à m’énerver, ah, ces baudruches roses passent sous une cascade puis se font essuyer par du linge qui sèche lui aussi dans un cadre idyllique, la balade continue et maintenant c’est la mer qui sert de décors, et ses vagues viennent de finir d’agacer ces objets qui hésitent entre représenter des œufs, des ballons, ou des fesses, mais on a deviné, difficilement, que c’étaient des roupettes enfin des grenades comme aurait dit C.Luciani en pensant à gonade, au lieu de couilles, car il y a un mysticisme évident avec ce fruit qui représente la fécondité et la puissance,  et d’ailleurs ne nous y trompons pas son nom latin malum punicum est celui de la pomme, référence à la bible…..bon, à force d’être excités par un papillon, des plumes du linge et maintenant de l’eau …..les balls s’envolent au septième ciel, puisque ce doit être une pub anglaise….

Il faut noter qu’à aucun moment on ne cite les mots épilation et roustons, tout est suggéré, mais un jour…..

Bon, je ne dois pas appartenir à cette nouvelle génération qui déteste les poils, mais l’idée de me faire épiler les burettes me fout les boules….

Les roustons décortiqués, enfin, épilés, les boules à poil enfin, sans poil, le poil est banni dans un monde imberbe, celui des roupettes à zéro !

Laisser un commentaire