PROMESSE !

Je vous avais fait une promesse post absurdie !

Donc, aujourd’hui, je vais vous entretenir de la distance, qui est la longueur qui sépare deux points, et en géographie, elle est mesurée en kilomètres lorsqu’il s’agit de villes.

J’avais commis..de cuisine..il faut un peu déconner, deux posts sur le vélo et du péché mortel du dépassement de la distance fatidique des cents kilomètres .

Comme un pot de yaourt qui devient nocif passé sa date de consommation, le vélo le devient au bout de mille mètres à vol d’oiseau, naturellement, puis de cent kilomètres quelques jours plus tard, sans doute après la visite d’un docteur en laits fermentés, il y en a beaucoup à notre télé qui fermente beaucoup, depuis qu’elle stagne, c’est à dire depuis longtemps, ou de celle du célèbre coureur américain qui était devenu roi de la pédale, rien qu’en utilisant d’autres produits fermentés dont un de ceux utilisés par le roi de la country mister trump. Bon, je ne vais pas vous faire mijoter…..

Cependant, en y réfléchissant, imaginons deux cyclistes qui partent chacun d’un point A et A’ pour rejoindre un autre point B distant de 100 kilomètres, à vol d’oiseau, de chacun d’eux.

Selon le théorème de la quadrature du cercle de ceux qui ont pondu la règle des cents kilomètres et qui n’ont jamais dû faire de vélo, et qui ne mangent pas de yaourt, et qui doivent jouer à la pétanque avec des boules carrées, au bout de cent kilomètres, le danger apparaît, et donc, aucun des deux cyclistes ne peut dépasser cette frontière fictive sous peine d’être excommunié jusqu’au prochain confinement.

Cependant, il y a toujours un cependant, ils ne doivent absolument pas se rencontrer, car au moment précis où ils arrivent au point zéro, celui qui matérialise le point de jonction des deux distances, le virus est là, tapis dans l’espace et attend sa proie puisque les distances se touchent, je ne sais pas si toute le monde suit, mais c’est évident, il n’y a pas d’espace entre les deux distances, car lorsque une finit, l’autre commence, et là est tout le problème, il n’y a donc aucun endroit à l’abri du covid, pas plus de kilomètre que de cent bornes.

Cette démonstration magistrale, basée sur la simple concordance de l’espace temps définie par le corollaire de Bergson sur la fluidité du revêtement de la route et sur l’expérience d’Einstein sur le temps météorologique en accord avec sa loi sur l’absurdité de la création d’obligations incontrôlables, prouve, sans aucune contestation possible, que la barrière des cents kilomètres peut être facilement franchie du moment que le cycliste est seul en pleine possession de ses moyens, que son bidon est vide, et que ses pneus sont gonflés à huit bars, et dès qu’il quitte un des points sus nommés, il n’est pas plus vulnérable que le pot de yaourt qui a quitté son usine avec une date collée sur son cul mais qui peut être prolongée d’un temps indéterminé tant qu’on n’y a pas rajouté du sucre …ou non. En effet, seule la DDM est importante, le goût n’est plus totalement en adéquation avec l’arôme originel mais sa consommation est sans danger, et donc, si un cycliste veut faire plus de cent kilomètres il ne doit pas manger de yaourt sucré, mais cette démonstration peut être valable pour toute personne qui veut dépasser cette distance…sans vélo !

Rien ne peut arrêter l’absurdie, pas même un yaourt sans sucre ajouté !

8 réflexions au sujet de « PROMESSE ! »

  1. Comment contourner la loi..
    Si d’ici le 8 juin, la distance est toujours limitée à 100kms… nous avons une astuce, mes enfants et moi!!! Ha! Ha! Ha!
    Nous devons nous rendre à Toulon, le 8 Juin..( fête de famille )Stéphanie, me fille, mon gendre et mon petit fils;;viennent de Pertuis.. Pertuis Toulon > de 100 kms… Ils passent me prendre à Aix…où je suis coincée , actuellement GGGrrr !! !!! Nous prenons ma voiture..et Aix Toulon ….70 kms!!
    Néanmoins, j’ai lu trois fois ta prose… Aïe!! le Doliprane n’était pas loin !!!!..

Laisser un commentaire