L’ÂGE !

L’âge et les changements !

Je suis sans doute vieux-jeu, un peu, strict, enfin, à peine, ou bien intolérant, tout simplement, peut-être, c’est à discuter, mais je n’arrive pas à m’y faire…

Je déteste les tatouages et les piercings …. S’enlaidir à ce point est au-dessus de mon entendement. Oui je sais, je ne suis sans doute pas en osmose avec les aspirations et la mode de ce temps, mais si on avait obligé certains à devenir des panneaux publicitaires ou des pelotes à épingles ambulantes je gage qu’ils auraient hurlé au scandale.

Je pense même que dans certains moments intimes si j’avais découvert ce genre de saccages sur le corps d’une copine, cela m’aurait coupé tout désir sexuel et que je n’aurais pas pu aller plus loin dans mes investigations ‘scientifiques’ et anatomiques.

C’est exactement comme si j’avais trouvé un clou dans une moule…oui, je sais l’image est un peu audacieuse, voire gauloise, mais je crois que je l‘aurais ressenti ainsi….et en plus, putain, ça doit faire mal….

Le corps d’une femme, ou d’un homme, n’a nullement besoin de servir de lutrin pour suivre une lecture, fut-elle-même passionnante, car la découverte de ce corps par les mains ou les lèvres inquisitrices ne souffre d’aucune autre expérimentation approximative, et si j’osais, on lit une femme avec ses mains et ses lèvres…..elle n’est pas un I book…amusant , non ?

Le galbe d’un sein, hérissé de pointes, un sexe cadenassé, comme au temps des croisades où le chevalier en fermait la porte pour empêcher tout accès pendant son absence, des tatouages symboles d’une jeunesse qui comme un calendrier va s’incrémenter chaque jour des outrages du temps, car la magnifique rose éclose  sur un téton piquée va lentement glisser vers un ventre moins ferme qui ne laissera plus que les épines dépasser, et ce mot d’amour sur un bas ventre musclé venir se perdre dans les poils d’un pubis ratatiné où même l’aide de lunettes à doubles foyers ne pourront plus en exciter une lecture sur un sexe pourtant épilé dans un moment de tendre félicité partagée .

Mais que dire également des textes imprimés sur des peaux dont l’usage journalier peut en ternir la lecture et puis nul n’étant à l’abri d’un changement, l’ode à la première conquête peut devenir l’obsession de la deuxième qui n’aura alors plus qu’un désir, en effacer toute trace, pour retrouver une sorte de virginité psychologique…

Est-ce le temps qui a désenchanté mes aspirations amoureuses, est-ce l’âge qui a diminué mes imaginations ludiques, mais il est toujours troublant et même décevant de caresser un piercing en le prenant pour un clitoris, d’utiliser du nutella à d’autres fins que celle de la faim et de s’apercevoir qu’il y a des épines dans du miel d’abeille savamment étalé sur un corps offert et consentant pour être dégusté par une langue certes avide mais jamais caparaçonnée pour d’une rose en savourer l’arôme ?

Ou bien faudrait-il joindre l’utile à l’agréable et avertir par un message explicite tatouée que sous une peau offerte se cache des pièges acérés que seul un sadomasochiste pourrait accepter !

Une autre fois je vous parlerai de l’enlaidissement chirurgical qui devient une autre mode …

Cependant je ne suis qu’un esthète et je n’ai nul besoin de fioritures même piquantes, ni explicatives, pour d’une femme parfaite sans chichis de la mode, en accepter la simple beauté !

Une réflexion au sujet de « L’ÂGE ! »

  1. Je n’ai jamais compris qu’on se fasse tatouer et encore moins cette mode du piercing. La grande mode depuis quelque temps est à maquiller le corps à coups de couleur et d’objets bizarres. C’est à se demander si les populations sont saines d’esprit …

Laisser un commentaire