RICAIN ! AGAIN !

Aux états unis, toujours, cent cinquante kilomètres de Miami.

Un milliardaire, Mr. Tom Monaghan, veut sauver ses congénères, (par congénères, j’entends des êtres de la même espèce, des personnes qui lui sont semblables, en temps qu’être humain, et donc, pas d’autres milliardaires, faut pas déconner quand même). il veut les aider à atteindre le ciel. L’argent n’étant pas incompatible avec le salut, il construit une ville au nom explicite : Ave maria.

Onze mille logements qui vont se vendre comme des petits pains (c’est la multiplication des dollars par des pains, nouvelle parabole made in USA). L’université sera séparée de la basilique par le boulevard Jean Paul II et la rue de l’annonciation marquera les limites du parc saint François d’Assise.

Trois messes par jour, et en latin, s’il vous plait, confessionnaux ouverts non stop. Les futurs commerçants devront passer par un casting pour vérifier leur mentalité ! L’hôpital n’effectuera aucune interruption de grossesse, l’avortement sera même interdit. Pas d’alcool, pas de signes ostentatoires de manifestations amoureuses, et surtout, /dieu les bénisse, dieu les haïsse, maman je blasphème, vite un pater fourré (avez-vous gouté cette délicieuse friandise de chez vaticanogateaux, c’est un péché que de ne pas essayer ?)/ Pas d’homosexuels en liberté dans la rue de ce fort retranché.

Y aura-il des processions, pour redonner un peu d’intelligence, des séminaires pour faire ouvrir les yeux, à tous ces pauvres gens qui semblent déboussolés ?

Le frère du président a donné sa bénédiction.

God bless America, et les américains, si dieu existe, ils en ont bien besoin !

(Avez-vous essayé ‘dieu me sauve’ cette magnifique religieuse fourrée au chocolat noir de chez papygateaux en vente dans tous les confessionnaux !)

Laisser un commentaire